Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Guerre contre l’islam : feu à volonté sur les prières de haine [Application de la charia]




(1) 2 »

Guerre contre l’islam : feu à volonté sur les prières de haine
#1

Chose promise, chose due: voici une première démonstration juridiquement valable de la toxicité et de l’illicéité de la pratique la plus élémentaire du culte musulman – la prière quotidienne.

Chaque jour, le musulman pratiquant doit exécuter cinq prières. Pour être valable aux yeux de dieu (et donc des croyants assidus), chacune de ces prières doit comporter une récitation de la première sourate du coran, la fatiha, à chaque unité de prière, ou rakah (pluriel rakat). La prière de l’aube comporte deux rakat, celle de midi quatre, celle de l’après-midi quatre, celle du soir trois et celle de la nuit quatre. Total 17 rakat par jour, donc 17 récitations de la fatiha. Au minimum. C’est l’invocation la plus fréquente et la plus commune. La plus obligatoire aussi, car nier l’obligation de la prière, dans l’Islam, est passible de la peine de mort.

Or cette invocation, de la fatiha, est une incitation à la discrimination religieuse et à la haine, contre les juifs et les chrétiens (et en fait contre tous les non-musulmans). C’est ce qui ressort de l’avis quasiment unanime, et jamais contesté, des commentateurs du coran, toutes époques et toutes écoles juridiques confondues, comme le prouve une étude du professeur Sami Awad Aldeeb Abu-Sahlieh, docteur en droit en Suisse et spécialiste du droit arabe et musulman. Pour le montrer, Sami Aldeeb a traduit et commenté 88 exégèses des versets concernés, dont la totalité des exégèses proposées par le site altafsir.org, dépendant d’un institut académique patronné par le roi de Jordanie.

Tout au long d’une bonne centaine de pages entièrement référencées, avec les exégèses dans l’ordre chronologique, du VIIIe siècle à nos jours, on découvre ainsi que les musulmans ont répandu massivement, depuis plus de mille ans, et continuent de répandre de nos jours, à des milliards d’exemplaires quotidiens, des offenses aux convictions juives et chrétiennes, des incitations à la haine et à la discrimination fondées sur des appartenances religieuses, des dénigrements systématiques et indignes des autres croyants.

Et on ne peut pas, à cette lecture, croire ou feindre de croire qu’ils l’ignorent. En effet, il ne s’agit pas de simples interprétations de savants dans leur tour d’ivoire mais, on le sent bien au fil des pages, de la doxa commune, basée à la fois sur l’avis explicite du meilleur de tous les exégètes, Mahomet, sur des correspondances tout à fait univoques avec les autres contenus du coran et sur le consensus des érudits. C’est simplement un fait: la prière musulmane est un appel à la haine et cette étude le prouve au-delà de tout doute raisonnable.

Outre la démonstration elle-même, composée des extraits d’exégèses traduits et proposés sous forme de fiches structurées, l’étude fournit tous les détails ainsi que les références permettant de fonder une opinion éclairée et étayée sur ce fait. Elle précise l’importance de la fatiha dans le culte musulman, rappelle que la prière est obligatoire (également en partie de nos jours), fournit plusieurs traductions françaises usuelles de la fatiha, explicite les réflexions des exégètes et expose l’ensemble de leurs justifications dans le coran et la sunnah, rappelle l’affaire de l’Oremus et pro perfidis Judaeis et établit la relation entre ces récitations obligatoires et les lois suisses antiracistes.

Ce document, outre son contenu informatif, peut donc servir de moyen de preuve dans un grand nombre de procédures civiles, pénales ou administratives liées à la présence musulmane dans nos pays: s’opposer à la construction, à l’ouverture ou au subventionnement (actif ou passif, affiché ou dissimulé) d’un lieu de prière, d’un «centre islamique», d’une association musulmane quelconque, attaquer n’importe quel prêcheur ou organisme ostensiblement musulman ou simplement «halal», remettre en question des lois favorables aux diverses formes de l’islam (élément nouveau légitimant la réouverture de dossiers maintenant clos) et bien sûr se défendre des divers «délits d’islamophobie».

Plus nous l’utiliserons, plus son contenu sera connu. Et c’est là en fait le but ultime. Peu importe, à la limite, l’issue des procédures engagées: l’effet le plus productif consiste à faire connaître le problème que pose l’islam, la religion musulmane tout simple. Ensuite, lorsque le problème sera connu et reconnu, des solutions pourront être développées. Mais dans les milieux qui comptent (et même jusqu’au sommet du FN semble-t-il), nous en sommes encore au point où il est de mauvais goût de simplement suggérer que la religion musulmane pourrait avoir quelque chose d’intrinsèquement problématique. Il faut commencer par surmonter cet obstacle. L’étude des exégèses nous offre ici un outil efficace et fiable.

Parallèlement, il faudrait donner de l’ampleur à ce type de démonstrations, qui apportent des preuves tangibles et aisément accessibles à tout un chacun, alors que le débat sur la nature de l’islam est très largement dominé par des artifices rhétoriques et dialectiques, des mensonges, des sautes d’humeur et des actes de violence. Concrètement, il faut créer d’autres études de ce type, basées sur d’autres versets du coran, pour prouver aussi que le dieu des musulmans veut la guerre (ou la soumission sans condition à la charia, bien sûr), qu’il autorise et encourage bel et bien, explicitement, ce que toutes les lois modernes considèrent comme des assassinats, de la torture, du terrorisme et de la traite humaine, et que tous les musulmans instruits le savent pertinemment. Par ailleurs, il faudrait traduire ces travaux en d’autres langues occidentales.

Pour faciliter le travail de base, le document a été préparé en deux formats. Sami Aldeeb publie son étude sur Amazon, dans un format livret, afin d’en faire une publication officielle (achetez-le, rachetez-le, il y a des masses de travail bénévole là-dedans), et je vous en propose ici une version A4, avec un PDF et un fichier zip contenant le document Word original et les polices arabes nécessaires – les exégèses étant toujours présentées sous leur forme originale, en arabe, puis en traduction. Le document Word contient également, à chaque page, des liens directs (la version Amazon contient en revanche des liens courts en notes de bas de page) vers les bibliothèques arabes en ligne, pour chaque verset cité. Pour traiter un autre aspect, un autre verset, il suffit donc de cliquer les liens du document Word, de sélectionner le verset choisi en ligne, de copier le texte de ce verset dans Word puis de traduire. Presque tout le reste – les noms, les titres, l’époque, les rubriques, la structure du document et un modèle d’argumentation – est déjà en place. Sami Aldeeb propose en outre divers moyens de simplifier les choses et d’éviter des répétitions inutiles et lassantes. Suivez le guide:

Fatiha cover


La publication en vente sur Amazon (suit dans quelques heures).
Le fichier PDF correspondant.
Le fichier Word A4 avec les polices arabes.
Le fichier PDF de la version A4.
Le coran en arabe de Sami Aldeeb.

Alain Jean-Mairet
par Alain Jean-Mairet






http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 03/11/2014 01:28
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re: 17 fois par jour, les prieurs musulmans appellent à la haine contre les chrétiens et les juifs
#2

Dupont coup de pied au cul

L’article de notre responsable de publication, Alain Jean-Mairet, commentant l’ouvrage du professeur Sami Aldeeb, « la Fatiha et la culture de la haine », doit être connu de tous.

http://ripostelaique.com/guerre-contr ... les-prieres-de-haine.html

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Sami Awad Aldeeb Abu-Sahlieh, né à Zababdeh, près de Jénine en Cisjordanie, est un juriste chrétien, d’origine palestinienne et de nationalité suisse.

Responsable du droit arabe et musulman à l’Institut suisse de droit comparé de 1980 à 2009, il enseigne également dans différentes universités en Suisse, en France et en Italie.
Il est l’auteur d’ouvrages et d’articles sur le droit arabe et musulman. Il a notamment publié en 2008 une édition bilingue du Coran, en arabe et en français restituant le texte en classant les sourates par ordre chronologique selon l’Azhar, avec renvoi aux variantes, aux abrogations et aux écrits juifs et chrétiens. Il a aussi traduit la Constitution suisse en arabe pour la Confédération.

Autrement dit, ce n’est pas le premier venu. Il nous apprend donc, dans l’ouvrage qu’il vient de publier, que dix-sept fois par jour, à l’occasion de leurs prières, les musulmans doivent réciter la première sourate du Coran, la fatiha, faute de quoi leurs prières ne seront pas validées aux yeux de leur Tout-Puissant.

Or, le professeur Sami Aldeeb montre de manière incontestable que la fatiha est une incitation à la haine, à la violence ou à la discrimination contre les juifs et les chrétiens, mais aussi tous les non-musulmans. Conclusion : dix-sept fois par jour, les musulmans qui se livrent aux cinq prières quotidiennes par jour tombent sous le coup de l’article 24-8 de la loi sur la liberté de la presse, revue en décembre 2004, qui permet, ce jour, à tous les imposteurs de l’antiracisme de traîner devant les tribunaux tous ceux qui osent critiquer l’islam et contester que ce dogme soit une religion d’amour, de tolérance et de paix.

Cet ouvrage, disponible en PDF, constitue donc un formidable point d’appui pour tous les résistants qui, lassés de voir les meilleurs d’entre nous, Pascal Hilout, Christine Tasin, Pierre Cassen, Caroline Alamachère, Jacques Philarchein, Renaud Camus, Damien Rieu et d’autres résistants plus anonymes, comme Jocelyn, d’Orléans, traînés devant les tribunaux par des associations musulmanes, des prétendues antiracistes ou des procureurs dhimmis, peuvent à leur tour, en attendant la nécessaire abrogation de ces lois liberticides, les utiliser contre les soldats d’Allah. S’ils ne le font pas, personne ne le fera à leur place.

http://sami-aldeeb.com/articles/view. ... et-la-culture-de-la-haine

Nul doute que ce livre constituera un formidable argumentaire pour les trop rares élus, qui, dans certaines villes de France, s’opposent de toutes leurs forces à la construction d’une mosquée dans leur commune. Peut-on accepter que l’édification d’un lieu de culte se concrétise, quand on sait que l’imam, de façon obligatoire, devra y faire réciter une prière qui, dix-sept fois par jour, incite les musulmans à haïr les non-musulmans, et particulièrement les juifs et les chrétiens ?

Les imams des 2.500 mosquées construites en France, qui se rendent complices de ce délit, pourront-ils échapper plus longtemps aux poursuites judiciaires que la loi permet ? Les associations musulmanes peuvent-elles continuer à être légales en France, quand on apprend qu’elles encouragent leurs propagandistes à véhiculer un texte qui viole notre constitution et nos lois ?

Fatiha et la culture de la haine - Sami A Aldeeb - Abu Sahlieh

C’est dans ce contexte qu’alors que nos compatriotes prennent de plus en plus massivement conscience de la nocivité de cette idéologie venue d’ailleurs, que la direction du parti dans lequel des millions de Français ont placé leurs derniers espoirs, est en train de se prendre les pieds dans le tapis (de prière) et de se livrer à un pathétique numéro de lèche-babouches en direction de la communauté musulmane. Le désespérant épisode du jeune converti frontiste à l’islam Maxence Buttey, réintégré par sa direction, qui a fait honte au FN, mais à tous les patriotes, en ânonnant des énormités sur Canal Plus, en est une preuve consternante. Ce n’est pas Philippot et les siens que Marine Le Pen doit écouter, mais plutôt les thèses d’Aymeric Chauprade, qui sont, elles, en phase avec la base du FN et le peuple de France.

http://ripostelaique.com/le-converti- ... e-absolue-pour-le-fn.html

Mais c’est aussi le remarquable discours de Damien Rieu, président de Génération Identitaire, sur le thème de l’immigration, de la remigration, de l’islamisation, de l’identité, de l’amour du peuple de France et de sa civilisation, et surtout du refus de Grand Remplacement, qui devrait constituer la colonne vertébrale du FN, plutôt que les discours enfumeurs et relativistes des membres de l’Etat-major, notamment sur l’islam.


https://www.youtube.com/watch?feature= ... mbedded&v=8pEDQ4hb0u0

Ce samedi, toute la rédaction de Riposte Laïque était réunie, ainsi que nos avocats et quelques invités de marque. Le point a été fait sur notre situation juridique, et le harcèlement dont nous étions l’objet. Les prochaines échéances seront, le 12 novembre, le verdict du procès de Josiane Filio et Richard Roudier, défendus par Maître Gardères. Le 18 novembre, nous attendons avec impatience le verdict de la 17e chambre, suite au procès intenté par le Parquet et l’ineffable Tubiana, de la LDH, contre Christine Tasin, défendue par Maître Pichon, et Dominique Jamet, défendu par Maître Goldnadel, suite à un article paru dans boulevard Voltaire. Le 4 décembre, nous verrons si la Cour d’Appel Besançon relaxera Christine Tasin, défendue par Maître Pichon, sur « l’islam est une saloperie », ou si la présidente de Résistance républicaine devra aller jusqu’en cour de cassation pour obtenir justice. Suivront dans les semaines qui suivent le verdict du l’appel en cassation de Pierre Cassen et Pascal Hilout, suite à leur condamnation en appel…

Le comble est donc que depuis des années, on harcèle les patriotes et on les traîne devant les tribunaux, pour de prétendues incitations à la haine contre un groupe de personnes en raison de son appartenance religieuse, et qu’on laisse tranquille des millions de musulmans qui, dix-sept fois par jour, trois cent soixante cinq jours par an, incitent à la haine, ouvertement, en toute connaissance de cause, les juifs et les chrétiens ? Qui peut ignorer les conséquences de ces prières, quand on voit ce qui se passe dans le nouvel Etat islamique, et partout où les musulmans ont un rapport de force favorable ?

C’est ce message que nous véhiculerons, partout où nous serons invités. Le Bnai Brith Paris sollicite Pierre Cassen et Christine à présenter leurs ouvrages, nous serons là, même si des sectaires ne manqueront pas de nous qualifier stupidement de « sionistes ». Dans un autre registre, des bobos socialistes juifs mènent, au sein du Bnai Brith, une violente campagne contre leur présence ? Nous laissons la puissance invitante régler le problème en interne.

Droit de réponse aux détracteurs de RL-PCassen

Nous ne pouvons, d’autre part, que nous réjouir que l’UDC de Sion invite notre fondateur, en présence d’Oskar Freysinger, à tenir une conférence, le 27 novembre prochain, à Saviese, sur le thème de la compatibilité de l’islam et de la démocratie. Nul doute qu’il y aura du monde dans la salle, et que Pierre, après son inoubliable débat contre Hani Ramadan, à Montreux, aura du plaisir à retourner en Suisse pour y porter la parole de notre site.

Pour finir l’année au mieux, Riposte Laïque, après avoir édité une bande dessinée, « Le Guignol de l’Elysée », le 15 septembre, publiera son douzième livre au mois de décembre. Notre petit doigt nous dit que cette fois, on ne sera pas dans le comique, mais beaucoup plus près de l’esprit de l’ouvrage de Sami Aldeeb, et que ce nouveau livre, qui devrait sortir dans un mois, va faire beaucoup parler et réagir, lui aussi…


par Cyrano





http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 03/11/2014 04:17
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re: Racisme et antisémitisme dans la prière musulmane
#3

Au cours d’une réunion avec un prélat chrétien français, on lui pose la question suivante :
Quels sont vos rapports avec la communauté musulmane de votre diocèse ?
Il répond immédiatement :
Oh ! J’ai de bonnes relations avec ses imams et ses notables que je rencontre souvent. Ils m’invitent parfois à partager leur repas. J’apprécie beaucoup leur piété. Ils prient toujours avant de commencer le repas. C’est un bon signe de respect et de convivialité !

On lui demande alors :
– Monseigneur ! Prient-ils en français ?
– Non, en arabe, c’est leur langue liturgique.
– Avez-vous compris le contenu de leur prière?
– Non, mais je suppose qu’elle est, comme toute prière, un louange au Seigneur, notre Dieu commun.
– Ayez le courage, la prochaine fois, de leur demander la traduction de cette prière ! Lui a-t-on recommandé.

Les non-musulmans, et tous ceux qui ne comprennent pas l’arabe, doivent s’interroger sur le contenu des prières que les musulmans récitent en cette langue, afin de savoir s’il s’agit en réalité de prières purement religieuses ou d’imprécations à connotation antisémite, antichrétienne et haineuse.

Il est temps que le contenu de cette prière que tout musulman récite dix-sept fois au moins par jour en arabe, soit dévoilé. Il s’agit d’« al-fatiha » ou l’ouverture, première sourate du Coran.

Dans cette pseudo-prière, le musulman supplie son dieu Allah, qualifié de clément, de miséricordieux : « Guide-nous dans la voie droite, celle de ceux que tu as comblés de bienfaits, non celle de ceux qui ont encouru ta colère ni celle de ceux qui se sont égarés. »

La périphrase, « ceux qui ont encouru ta colère », est tirée de la sourate 2, verset 61, qui dit :
« Ils (les Juifs) furent frappés d’humiliation et d’indigence. Ils ont encouru la colère d’Allah pour n’avoir pas voulu croire à ses signes et pour avoir tué injustement ses prophètes. Telles furent les suites de leur transgression et de leur désobéissance. »

Et la deuxième périphrase, « Ceux qui se sont égarés », est tirée de la sourate 4, verset 44, qui dit :
« Ne vois-tu pas comment ceux (les chrétiens) qui ont reçu une partie des Écritures, se sont égarés et souhaitent que vous vous égariez à votre tour de la bonne voie. »

C’est l’unique supplication que les musulmans demandent à Allah dans leur prière. Ils lui demandent donc de les garder loin du chemin des Juifs et de celui des Chrétiens.

Toute prière devait, en effet, être une pétition respectueuse adressée à Dieu sous forme de louange, de remerciement ou de supplication. Rien ne réchauffe le cœur que lorsque quelqu’un vous dit : « Nous prions pour vous. » Les prières judéo-chrétiennes ne sont que des expressions spontanées qui émanent du cœur de celui qui les prononce.

En revanche, les prières musulmanes suivent dix-sept rites bien élaborés. Le cycle complet d’une prière s’appelle « raq’a » (génuflexion) et comprend une inclination, une mise à genoux et une récitation de certaines phrases et déclarations dans une séquence spécifiée. Ces prières sont répétées cinq fois par jour et chaque prière comprend de multiples génuflexions. Dans la prière de l’aube on trouve une place pour une supplication spontanée, alors que dans les autres prières on doit se tenir à des formules strictes.

Les guides de prière pour les musulmans, publiés dans différentes langues, sont très nombreux. Si un musulman doit se conformer à toutes les prescriptions et procéder aux ablutions nécessaires, il devra y consacrer au moins deux heures et demie par jour. Le Coran exhorte les musulmans à « maintenir la prière » quarante-quatre fois (conformément aux sourates 2,43, 6,72, 11,14 et 31,17) avec la répétition régulière d’al Fatiha.

Quant à la prière de Vendredi à la mosquée, elle est encore plus offensive et plus choquante à l’encontre des Juifs et des Chrétiens, car elle exige non seulement deux récitations de la sourate d’Al-Fatiha, mais aussi de la sourate 62, « Le Vendredi » et de la sourate 63, « Les Hypocrites ». La sourate 62 condamne spécifiquement, d’une part, les païens vivant « en erreur grossière », et d’autre part, les Juifs assimilés à « des ânes pliant sous le poids de livres et qui traitent de mensonges les versets d’Allah » (62,5). Quant à la sourate 63, elle condamne « les hypocrites », c’est-à-dire ceux qui ont renoncé à leur foi musulmane. « Ce sont ceux-là les pires ennemis. Méfie-toi d’eux ! Qu’Allah anéantisse ces hypocrites… » (63,4)

La prière du Vendredi est toujours accompagnée d’un prêche quasi classique dans toutes les mosquées. Les prédicateurs y crachent leur colère contre les juifs et les non-musulmans et sollicitent l’aide de leur dieu Allah.

Les prédicateurs concluent son prêche par la litanie suivante et la masse des fidèles répond après chaque supplication par un « Amen » :
« O Allah ! Accorde-nous la victoire sur les juifs, qui sont tes ennemis mais aussi les ennemis de notre religion ! (Amen)
O Allah ! Fais périr les mécréants, les polythéistes et les ennemis de l’islam ! (Amen)
O Allah ! Eparpille leur nation ! (Amen)
O Allah ! Disperse leurs troupes ! (Amen)
O Allah ! Détruis leurs édifices ! (Amen)
O Allah ! Fais périr leur récolte ! (Amen)
O Allah ! Rend orphelins leurs enfants ! (Amen)
O Allah ! Rend veuves leurs épouses ! (Amen)
O Allah ! Fais tomber leurs biens et leurs fortunes comme butin entre les mains des musulmans ! (Amen) ! »



http://www.youtube.com/watch?v=zZ47NFTgWTg

Est-ce que les musulmans courageux, honnêtes, se demandent parfois si leurs prières constituent effectivement une communication avec le Créateur ou représentent tout simplement un exercice rituel routinier destiné à leur faire avaler sans cesse la pilule empoisonnée d’une haine antijuive et antichrétienne.

Comment un musulman qui affiche ouvertement, dans sa prière, la haine et l’intolérance religieuse à l’égard des Juifs et des Chrétiens, ose-t-il prétendre et clamer haut et fort, sans honte ni pudeur, que son islam est une religion de paix, d’amour et de tolérance !

Cette haine antijuive et antichrétienne n’est pas seulement manifeste dans les prières, mais elle est également bien articulée dans les hadiths de Mahomet qui aurait clamé ou ordonné :

La malédiction d’Allah sur les juifs et les chrétiens.
Les juifs sont condamnés et les chrétiens égarés.
La raison des juifs et des chrétiens vaut la moitié de celle des musulmans.
N’adressez jamais le salut en premiers aux juifs ni aux chrétiens.
Opposez-vous aux juifs et aux chrétiens
Ne saluez jamais à la manière des juifs et des chrétiens.
Je jure au nom d’Allah que j’expulserai les juifs et les chrétiens de la Péninsule arabique.
Le jour de la résurrection, Allah pardonnera aux musulmans leurs péchés et les imputera aux juifs et aux chrétiens.
Dès qu’un musulman décède, Allah fait entrer à sa place en enfer un juif ou un chrétien.

Voilà comment les musulmans crachent leur haine contre les Gens du Livre dans leur prière, et comment leur prétendu prophète les considère. En dépit de ces prières et de ces enseignements authentiques, les musulmans continuent à clamer que leur prophète était généreux et tolérant à l’encontre des juifs et des chrétiens, qu’il était le plus sincère et le plus fidèle et qu’il est venu parfaire les bonnes mœurs sur terre. Chiche !

Ces tergiversations et ces manipulations hystériques et diaboliques trouvent leur source fondamentale dans le mensonge recommandé et légalisé (hallalisé) en islam. Il se concrétise en permanence par le recours à l’hypocrisie comme à la dissimulation, une application pure et simple de la taqiya. Il est temps que les masques tombent et que la vérité éclate.

Malek Sibali
par Malek Sibali

 

Lire le livre de Sami Aldeeb, La Fatiha et la culture de haine

http://www.amazon.fr/La-Fatiha-cultur ... C3%A9tation/dp/1503079570







http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 21/11/2014 23:42
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !