Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> [France] Laïcité : fourre-tout et grand n’importe quoi [Actualité en France]





[France] Laïcité : fourre-tout et grand n’importe quoi
#1

Najat Vallaud Belkacem

Ce mardi matin, Najat Vallaud-Belkacem,
notre très médiatique ministre de l’Éducation nationale,
réunissait ses 25 homologues européens dans le cadre
de la « mobilisation pour les valeurs de la République »...

Ce mardi matin, Najat Vallaud-Belkacem, notre très médiatique ministre de l’Éducation nationale, réunissait ses 25 homologues européens dans le cadre de la « mobilisation pour les valeurs de la République ».

Incorrigibles Français donneurs de leçons qui se prennent toujours pour le génie éclairant le monde… Il est vrai que notre réussite scolaire est telle, tant sur le plan de « l’acquisition des savoirs » que sur celui du « vivre ensemble » si cher à nos élites, que nous pouvons en remontrer à nos voisins ! Mais qu’importe puisque le but des tartuffes qui nous gouvernent est avant tout de faire parler d’eux. Et là-dessus, la brune Najat est une championne hors pair.

Valeurs de la République, valeurs du vivre ensemble, donc, et « laïcité ». Le mot valise, le « it-bag » à la mode, fourre-tout et grand n’importe quoi au nom duquel on avance tout et son contraire. Ainsi, à l’inverse de ses prédécesseurs, l’actuel ministre se dit favorable au port de signes religieux par les accompagnatrices ou accompagnateurs scolaires : « Mieux vaut accepter les mères en foulard lors des sorties scolaires », dit-elle, leur laissant la possibilité de revêtir hijab, turban sikh ou kippa.

Position qui devrait lui valoir l’amitié de nos voisins allemands dont la Cour suprême vient de revenir sur la décision qu’elle avait prise en 2003, autorisant finalement le port du voile à l’école. La Cour suprême a jugé, « de manière très pragmatique » dit-on, que l’interdiction d’arborer le voile créait une discrimination avec ceux qui pouvaient porter une croix. Seule restriction : « que le voile ne porte pas atteinte au cours, ni présente un danger à leur bon déroulement ». La Cour ne dit pas s’il est toléré à la piscine par-dessus le maillot de bain ou s’il faut le retirer pour la course à pied afin d’éviter un injuste handicap pour cause de vent dans les voiles.

Ce jour, pendant que Najat mange des croissants (non islamiques) avec ses collègues, on apprend que Gilles Platret, le maire UMP de Chalon-sur-Saône, a décidé d’en finir avec les menus optionnels à la cantine. Motif : « le respect du principe de laïcité ». Donc cochon pour tout le monde, et pas de discussion. « Le maire de Chalon-sur-Saône a décidé de mettre un terme à la pratique installée dans la collectivité depuis 31 ans, qui consistait à proposer un menu de substitution dès lors qu’un plat contenant du porc était servi dans les cantines », a-t-il écrit à ses administrés, semant la tempête sous les crânes et surtout sous les foulards. « Proposer un menu de substitution dès lors que du porc est servi, c’est opérer une discrimination entre les enfants, ce qui ne peut être accepté dans le cadre d’une République laïque », dit-il, affirmant que « les cantines scolaires de Chalon doivent redevenir des espaces de neutralité ». Sauf qu’au bout de 31 ans de pratique, la mesure est évidemment tout sauf neutre. Et a peut-être beaucoup plus à voir avec les prochaines élections et la poussée du FN dans le canton qu’avec le principe de laïcité.


Voilà donc une fois encore de quoi couper la France en deux, les uns voyant l’instauration d’une discrimination là où les autres revendiquent le respect de la laïcité et vice-versa.

En octobre dernier – avant que ne souffle sur nous « l’esprit du 11 janvier », donc -, la sociologue Béatrice Mabilon-Bonfils s’interrogeait dans L’Obs sur ce qui semble une crispation bien française : qu’est-ce que cette « laïcité » à laquelle chacun se cramponne aujourd’hui ? Que recouvre-t-elle au juste, et que dit-elle de nous ?

Elle écrivait alors ceci : « Posée depuis les origines républicaines comme une forme supérieure de lien social » […], la laïcité « procède aujourd’hui d’une nostalgie collective de réaction manifestant une forme identitaire majoritaire. […] Initialement au service d’un projet de société – dominateur mais à vocation universelle –, elle sert désormais un discours refuge d’une identité orpheline de sa mission civilisatrice, et inquiète du pluralisme. »

Surtout, et nous devrions tous y réfléchir, Najat Vallaud-Belkacem en premier : « S’il y a crise de la transmission du sentiment d’appartenance à la collectivité, et notamment à travers la crise de l’institution école, c’est lié à l’absence d’un récit commun dans lequel chacun pourrait trouver sa place. »

Mais, sauf à se fantasmer un passé commun, ce récit peut-il exister ?

 

Ecrivain, musicienne, plasticienne





http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 19/03/2015 04:29
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re: Pour Najat Vallaud-Belkacem, le porc est « confessionnel » !
#2

Pour Najat Vallaud-Belkacem, le porc est « confessionnel » !

Aujourd’hui, le porc est un signe religieux ostentatoire,
demain le brushing sera une coiffure confessionnelle
et le pastis un breuvage ecclésiastique.
À moins de ne pas réélire cette bande d’ongulés... Alors, votez bien !

« Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas », disait Malraux, et grâce soit rendue à Najat Vallaud-Belkacem : nous venons de découvrir une nouvelle religion : les porcinovores pratiquants.

En effet, suite à la suppression du menu de substitution dans les cantines scolaires de Chalon-sur-Saône, Najat a déclaré : « Supprimer la possibilité d’avoir un menu non confessionnel, je trouve que c’est une façon, en réalité, d’interdire l’accès de la cantine à certains enfants. » J’ai consulté plusieurs sites Internet et regardé plusieurs chaînes de télé pour m’en convaincre, elle a bien dit : « la possibilité d’avoir un menu non confessionnel ». Qui pourrait s’y opposer, dans une République laïque ?

Je résume la pensée de Najat (comble de l’effort…) : un plat halal préparé spécialement pour un enfant musulman est désigné ici sous le terme « menu non confessionnel », par opposition au « jambon-purée » considéré comme un mets confessionnel – que dis-je -, l’eucharistie des adorateurs de saint Porcin.


Malgré le Grand Schisme d’Occident et la Réforme, en dépit de la séparation des Églises et de l’État, faisant fi de la laïcité, Najat parvient à unir les catholiques, protestants et autres orthodoxes avec les athées, agnostiques et laïcards de tout poil sous la bannière unique des mangeurs de cochon, par la communion au saint Jambon. En application de la sacro-sainte laïcité, le film culte, et confessionnel de surcroît, Les bronzés font du ski ne sera plus diffusé dans l’espace public (à l’exception de l’Alsace et de la Moselle), en raison de l’incantation religieuse : « Bouffez-le, votre cochon, bouffez-le ! » Les propos captieux de Najat ont été relayés par l’AFP, Le Monde, BFM et leurs confrères (en un seul mot ?), sans une once de réflexion ou d’analyse. On leur dirait de raconter que Martin Bouygues est mort… Désolé, je ne devrais pas me moquer ; pour la peine, je réciterai un Notre Porc et trois Je vous salue Ma truie.

Vous l’aurez compris, la norme s’est insidieusement déplacée : de même que Manuel Carlos Valls Galfetti est « aussi français que la famille Le Pen », voire plus, car lié de manière éternelle à la Bretagne (!), le repas sans porc est devenu le repas non confessionnel, laïc – bref, français ! Le nouveau casse-croûte républicain sera ainsi constitué d’une fine tranche de dinde entre deux tartines de pain azyme : Le fameux Jambon Beur.

Pour le Français de père en fils depuis plusieurs générations, toléré sur le territoire à condition d’être Charlie et de ne pas faire d’amalgame, la consommation de rôti de porc s’apparente à un rite confessionnel, donc clivant : son compte Facebook pourra être fermé sans consultation d’un juge d’instruction, et la sédation profonde et continue sera requise en cas de récidive.

Aujourd’hui, le porc est un signe religieux ostentatoire, demain le brushing sera une coiffure confessionnelle et le pastis un breuvage ecclésiastique. À moins de ne pas réélire cette bande d’ongulés… Alors, votez bien ! Cochon qui s’en dédit !

 

Ingénieur

Publié le: 19/03/2015 05:43
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !