Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Renseignements pris, Valls nous pisse dessus ! [Actualité en France]




(1) 2 3 4 ... 10 »

Renseignements pris, Valls nous pisse dessus !
#1

Faire un colis de l'engeance gouvernante, opposition comprise, et le jeter à la mer devient un acte hautement urgent tant le mensonge est criant, tant le poids de la propagande porte lourd sur les épaules des peuples sans autre destin que celui dicté par la horde de politicards ambitieux soumise aux caprices et aux lois des puissants.


Manuel Valls nous pisse dessus !

Source

Du mensonge par omission à l’escroquerie érigée en doctrine d'Etat tout est fait pour nous faire prendre de la breloque pour de l’or, tout comme l’on faisait et l’on continue de faire avec les peuples indigènes au nom d’un principe établi : le crime. Ce que nous prenons pour des camps « opposés » n’est que le miroir aux alouettes que les chasseurs agitent pour capturer ou canarder du volatile à loisir.

Le temps passe, mensonges et forfaitures demeurent. Les sociétés évoluent, on parle « progrès »« bonheur démocratique », modèle « inimitable » dont il faut coûte que coûte, y compris par les actes les plus vils, garder l’assise. On s’en lèche les babines, de liberté de « choix », d’avantages acquis, du privilège des pauvres, parce que chômeurs au long cours, soumis aux règles du bagne administratif, l’Etat, utilisant une infime partie de l’argent qu’il nous arrache, lui verse un misérable subside, pas par générosité, mais parce qu’il a trouvé la double (bonne) opportunité : culpabilité par la sujétion à l’aumône, restriction de pensée et de mouvement par le besoin...

En prime, ces malfrats nous offrent de l’aventure et du sérial thriller à coller du frisson aux chiures de mouches qui constellent les gourbis de la pauvreté. Du terroriste des banlieues à l’antisémite rêvant de peste brune, du complot basique à la conspiration diabolique, les ingrédients ne manquent pas pour nous presser le citron en activant la chtouille au vingt heures, faisant d'un honnête homme l'ennemi à abattre. A ce jeu, nous sommes les gagnants d’une loterie où il n’y a qu’un gagnant, le perdant !

C’est ainsi que le tout sécuritaire voulu et imposé par un Manuel Valls schismatique, trois mois après les attentats de Paname, nommé « projet de loi sur le renseignement », entre en discussion au Palais Bourbon pour un bouclage express. Une loi liberticide qui permet aux pandores de vous saisir au collet, de vous tailler un CV sur mesure, de vous pousser dans n’importe quel sous-sol le temps qu’ils le jugent nécessaire ruinant tout espoir de rédemption.

Mais ne le crions pas trop fort, même si cette loi est taillée pour tailler en pièces les valeurs fondamentales du pays et du citoyen, elle est conçue pour nous délivrer du Mal, et ceux qui en doutent n'ont qu'à bien se tenir, parole de Valls ! A ce stade, ce n’est plus de politique dont on parle mais de chasse à courre. J’imagine petit Valls bien dressé sur un canasson républicain jouant le veneur, sonnant l’hallali d’une république mise à mort. Même l’ « opposition » est restée bouche bée devant le discours d’introduction marmoréen du catalan à l’Assemblée nationale. La soufflette a tellement décoincé les bronches qu'y compris les adversaires les plus durs en sont attendris, à l’instar de sieur Ciotti qui l'écrit sans hésiter sur son compte Twitter : « Même si le texte renseignement est incomplet et perfectible je le voterai . Ne soyons pas naïfs et impuissants face à la menace terroriste ! »


Exécution de Nemtsov, crasse dans la peau et mémoire courte
Big Brother « à la française » : DANGER !
CHARLIE HEBDO : le terrorisme est un piège pour la Démocratie
Pendant ce temps, les choses sérieuses continuent !
Renseignement : un projet de loi qui porte gravement atteinte aux libertés




http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 16/04/2015 01:28
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re: Renseignement : le flicage pour tous
#2

Present - Chard


Le texte de loi sur le renseignement qui entend répondre aux tueries de janvier ne concerne en réalité que très partiellement la question terroriste. Et plus partiellement encore la menace islamiste. C’est pourtant bien elle (et elle seule) qui devrait être ciblée.


Present - Flicage pour tous


Le texte est débattu en procédure accélérée devant un hémicycle quasiment vide.

Alors que la France est devenue le premier fournisseur de tueurs islamistes pour l’Etat islamique comme le soulignent les derniers rapports (avec le doublement du nombre de nos ressortissants enrôlé dans les filières djihadistes syriennes ou irakiennes) le gouvernement ne fait preuve d’aucune volonté politique particulière de cibler l’islamo-terrorisme sur notre sol. Par contre il met en avant les morts de Charlie pour étendre les champs d’action du renseignement jusqu’à la surveillance politique. Après « Je suis Charlie », « Je suis sur écoute ».

Le projet de loi se révèle au final beaucoup plus « dangereux pour nos libertés individuelles » selon les propres mots du juge anti-terroriste Marc Trévidic, que pour les islamistes.

« Je pense au mouvement identitaire »

La formulation du texte est si floue et à périmètre si large, qu’elle ouvre la porte à la surveillance d’opposants politiques, journalistes, avocats, magistrats, intellectuels considérés (à vue de socialistes) comme dangereux pour la nation, journaux « qui pensent mal », publications « antisémites et racistes » ( Hollande et Taubira ont répété après les attentats de janvier que c’était le fléau à combattre) identitaires, LMPT etc. Cette loi autorise les services de renseignement à faire des écoutes bien plus intrusives que précédemment. Si ce projet est adopté en l’état par le Parlement, les services pourront poser des micros dans un appartement ou un véhicule, installer des balises GPS ou écouter des communications téléphoniques, sans l’accord d’un juge.

Exception faite des deux députés Front national, le projet suscite l’approbation de tous les élus. Seule Marion Maréchal-Le Pen a pris la parole à l’Assemblée nationale pour dénoncer la mise en place d’une « surveillance de masse de la population française ». Elle s’est également inquiétée des propos de Bernard Cazeneuve sur la mouvance identitaire et des propos répétés du Premier ministre en France comme à l’étranger sur les dangers du Front national. Selon Manuel Valls, il est hors de question que la France « tombe entre les mains du Front national » car elle possède l’arme nucléaire…

Mardi, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve qui était auditionné par la commission des lois à propos du projet de loi sur le renseignement, a refusé d’exclure du champ du texte les mouvements sociaux : « Que les choses soient claires, il y a des mouvements qui, en raison des actions qu’ils déclenchent, peuvent se trouver à l’origine de violences portant atteinte aux principes fondamentaux de la République. » Avant de préciser : « Je pense au mouvement identitaire. » C’est le grand danger terroriste du moment en effet.


Caroline Parmentier
Contribuez à abattre
le mur de la bien-pensance
et du médiatiquement correct,
lisez et faites lire Présent !
Abonnez-vous !




http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 17/04/2015 03:23
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re: Loi sur le renseignement : la vie privée en danger
#3

Loi sur le renseignement - Attention Danger !

La surveillance de masse est pour demain. Il aura suffi de 25 députés pour adopter,
en première lecture, des mesures défendues avec hargne par Manuel Valls et Bernard Cazeneuve.

La surveillance de masse est pour demain. Il aura suffi de 25 députés pour adopter, en première lecture, des mesures défendues avec hargne par Manuel Valls et Bernard Cazeneuve. L’occasion était trop belle de profiter de l’émoi causé par les attentats de janvier pour faire passer en urgence un texte foncièrement liberticide, comme les États-Unis le firent avec le Patriot Act sur les cendres du 11 septembre. Du giga-flicage généralisé, des millions de citoyens abusivement scrutés par le Prism de la NSA. Bientôt chez vous.

Bienvenue dans l’ère des Imsi catchers, fausses antennes relais dissimulées dans des valises, qui permettent de collecter les informations de tout ordinateur ou téléphone mobile à leur portée. En théorie, seules les données de connexion pourront être interceptées. Alors tout va bien. Gloire à l’avènement des « boîtes noires » greffées sur le réseau des opérateurs et des hébergeurs internet, vouées à analyser vos pérégrinations virtuelles via un système d’algorithmes censés repérer des comportements douteux. Si vous visitez par hasard un site louche, si vous utilisez un navigateur comme Tor, vous êtes un suspect potentiel. Dès lors, les services de renseignement seront habilités à espionner vos activités sur le clavier en temps réel, à poser des micros ou des caméras chez vous et des balises de géolocalisation dans votre véhicule, sur simple décision administrative. De rares professions (avocats, journalistes…) seront épargnées.

A lire aussi :
Les Extrémistes-Européïstes-Mondialistes mettent en place un Etat policier contre les patriotes
Dictature et censures - Loi sur le renseignement : Valls surveillera-t-il le FN ?
Dictature socialiste - Cazeneuve : les identitaires seront ciblés par la loi sur le renseignement

Valls : Si les Français élisaient Marine Le Pen en 2017, nous suspendrions le processus électoral
Loi sur le renseignement : vers l’État Big Brother ?

L'UMPS and Co veulent t'enlever ta liberté... Le Front National patriote t'invite à réagir ! VITE !
Loi sur le renseignement : vers l’État Big Brother ?
Non M. Valls, le pire ennemi de la France, ce n'est pas le Front National, c'est vous !
Anne Hidalgo : Je suis Charlie, mais je porte plainte contre ce dessin de Ri7…
Daniel Schneidermann, qui défendait la liberté de Charlie, soutiendra-t-il Ri7 ?
Le profond racisme des médias français
Mr Hollande, Daech c'est l'"Etat islamique",les coptes sont des "chrétiens",mais vous êtes un lâche
Les folles déclarations de nos "dirigeants" ! + PETITION
"Valeurs Républicaines" oui, mais lesquelles ?
Charlie : grossière récupération politicienne
Censure, à gauche toute ! (Dictature & censures socialistes)
Laïcité : fourre-tout et grand n’importe quoi

« Le vrai visage de Manuel Valls », d’Emmanuel Ratier : la bombe politique du printemps
Zemmour a raison : la France se suicide. Sauf que c’est peut-être un meurtre
Enquête sur un sujet tabou: le conditionnement d’une population - Nouveau livre de Laurent Obertone



Pour Tristan Nitot, membre du Conseil national du numérique, c’est 1984 qui débarque grandeur nature. La contre-offensive s’organise : les entreprises du Web exigent une garantie « qu’il n’y aura pas d’intrusion massive dans les contenus », sous peine de quitter la France. Les associations FDN et la Quadrature du Net ont déposé une question prioritaire de constitutionnalité ciblant les modalités floues de l’article 20. François Fillon envisage de ne pas voter la loi le 5 mai. Le Défenseur des droits Jacques Toubon dénonce un texte mal formulé aux champs d’application trop vastes, qui s’étendent aux « intérêts majeurs de la politique étrangère et la prévention de toute forme d’ingérence étrangère » et aux « intérêts économiques industriels et scientifiques majeurs de la France. » Autant dire qu’on dépasse allègrement le cadre de l’anti-terrorisme.

Le gouvernement socialiste qui, en début d’année, chantait sur tous les tons les vertus de la liberté d’expression, n’éprouve aujourd’hui aucun scrupule à spolier celle de notre vie privée. Il est vrai qu’il est épaulé dans son zèle par la complaisance d’une bonne partie de l’UMP, et par l’hébétude d’une population encore sous l’effet de l’opiacé Charlie. D’après un sondage CSA/Atlantico, 63 % des Français seraient favorables à la limitation des libertés sur la Toile. Bercés (bernés ?) par les prétendus impératifs de la sécurité nationale, et peu au fait des nouvelles technologies, ils ne réalisent pas que la box de Pandore, une fois configurée, pourra un jour tracer, aspirer, décoder à l’envi leurs data personnelles.

Et après-demain ? Les internautes seront-ils sanctionnés pour des commentaires pas assez politiquement corrects ? Serons-nous censurés pour nos opinions politiques ? Coupables de réinformation ? Museler la vox populi, cadenasser le dernier contre-pouvoir, déconnecter les résistances semble être, plus que jamais, le but ultime de nos dirigeants. Ce projet de loi doit être combattu.

 

Journaliste

Publié le: 17/04/2015 17:02
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !