Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> 2005-2015 - Le "NON" 10 ans après : Une première victoire des peuples européens sur le fédéralisme [Actualité Front National ]




(1) 2 3 »

2005-2015 - Le "NON" 10 ans après : Une première victoire des peuples européens sur le fédéralisme
#1
Union européenne - UMPS

Au soir du 29 mai 2005, 55% des Français rejetaient le projet de Constitution de l'Union européenne, suivis le lendemain, dans un même élan patriotique, par le peuple néerlandais.

Par ce vote massif, les Français exprimaient avec éclat leur refus d’une construction européenne autoritaire et technocratique qui œuvre à la disparition des Etats et à la dissolution des peuples de notre continent. Le 7 février 2008, trahissant le suffrage populaire, les forces de l’UMPS adoptèrent par voie parlementaire le traité de Lisbonne, copie conforme du texte qui avait été pourtant désavoué 21 mois plus tôt par les Français.
(Pour le peuple belge c'est pire encore, la clique des Extrémistes-Européïstes-Mondialistes-Immigrationnistes: PS-CDH-MR-FDF-SP.A-CD&V-Ecolo-Open-VLD n'ont pas jugé utile de leur demander leur avis, pas plus d'ailleurs pour le vote des étrangers hors UE - C'est beau l'amour et le respect du peuple... Joe)


https://www.youtube.com/watch?v=v4oqrrFdddw

9 mai 2005 – Une première victoire des peuples européens sur le fédéralisme
Source : Mouvement pour une Europe des Nations et des Libertés

Sur Facebook


Dix ans après le référendum fondateur du 29 mai 2005, nos compatriotes vérifient chaque jour la justesse de leur refus initial : l’Union européenne est aujourd’hui synonyme de chômage endémique, d’insécurité généralisée et d’immigration massive. Une véritable espérance européenne est pourtant possible, qui serait bâtie selon un modèle institutionnel alternatif, respectueux aussi bien de la souveraineté des Etats que des identités nationales. Le Siel

Le FN-RBM au service d'une France libre
dans une Europe des nations

Portail des Elus Européens Front National


https://www.youtube.com/watch?v=Px_natKih_A

 

29 mai 2015 :
10 ans de résistance du peuple français face à Bruxelles


https://www.youtube.com/watch?v=xwdE3Sd_dOc

Le MENL - Mouvement pour une Europe des Nations et des Libertés

TOUTE L'ACTUALITE DU FRONT NATIONAL
TOUTES LES VIDEOS DU FRONT NATIONAL

Rendez-nous visite et consultez vos missions


Marine Le Pen - Invitez vos amis sur Facebook


*****

Front National
Rassemblement Bleu Marine

Portail des Elus Européens Front National
Front National de la Jeunesse

Collectif Racine
Collectif nouvelle écologie
France Ruralité
Le RDV des Patriotes
Le site de Marine Le Pen 


FN Infos
Le site des militants du FN

Nation Presse Info

Boutique FN




http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 29/05/2015 23:56
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re: Dix ans après : les leçons d’un référendum bafoué
#2

Référendum 2005 - Les francais avaient dit NON à l'Europe des traitres
Rappelons-nous !
Le 29 mai 2005, les Français répondirent majoritairement NON
au traité établissant une Constitution pour l’Europe 
(54,68 % des suffrages exprimés, avec une participation très honorable de 69,34 %).

Rappelons-nous ! Le 29 mai 2005, les Français répondirent majoritairement NON au traité établissant une Constitution pour l’Europe (54,68 % des suffrages exprimés, avec une participation très honorable de 69,34 %). Le camp du oui s’était pourtant fortement mobilisé, bénéficiant du soutien complice de la plupart des médias. Certes, la coalition des opposants au traité était-elle hétéroclite : on y retrouvait le Front national, la droite souverainiste de Philippe de Villiers et Nicolas Dupont-Aignan, le Mouvement républicain et citoyen de Jean-Pierre Chevènement, l’extrême gauche, un Jean-Luc Mélenchon déjà en rupture avec son parti et quelques socialistes rebelles ou opportunistes, comme Laurent Fabius, Henri Emmanuelli, Arnaud Montebourg et, dans un premier temps… Manuel Valls, vite rentré dans le rang. Mais ils avaient tous un point commun – et non des moindres : la volonté du peuple devait s’exprimer et être respectée. On sait ce qu’il en advint : le traité de Lisbonne, avatar du projet de traité constitutionnel, fut ratifié par le Congrès, le 4 février 2008. Pas de nouveau référendum : le peuple risquait de mal voter !

De ces événements, on peut tirer plusieurs leçons. D’abord, le peuple n’aurait, selon nos gouvernants, le droit de s’exprimer que pour voter dans leur sens : belle conception de la démocratie ! Mépris du peuple, auquel ils ne s’intéressent que pour se faire élire : alors les promesses fusent, la démagogie va bon train.

A lire aussi:

2005-2015 - Le "NON" 10 ans après : Une première victoire des peuples européens sur le fédéralisme
Europe : Liste des traitres qui ont voté le "Traité de Lisbonne" contre l'avis du peuple français

– Mais le peuple n’est pas toujours suffisamment éclairé, ses représentants le suppléent.
– L’Assemblée nationale représente-t-elle vraiment le peuple quand une grande partie en est exclue, faute de proportionnelle ?
– Mais il n’est pas capable de trancher sur des sujets trop complexes !
– Eh bien ! Instruisons-le, provoquons de grands débats.
– Mais, dans un référendum, les Français risquent d’exprimer leur mécontentement, plutôt que de répondre à la question posée.
− Et alors ? Les gouvernants craignent-ils donc le verdict des citoyens ? En cas de désaveu, rien ne les empêche de démissionner. 

En fait, nos dirigeants ont peur du peuple. Ils abandonnent l’idéal démocratique au profit d’un système oligarchique et technocratique. À cet égard, la remarque de Laurent Fabius sur le projet de référendum du gouvernement de Cameron est édifiante : « La population britannique a été habituée à ce qu’on lui dise : “L’ Europe, c’est une mauvaise chose” ; le jour où on va la consulter, il y a un risque qu’elle dise que l’Europe est une mauvaise chose. » Parce que l’Europe est forcément une bonne chose ? N’a-t-on pas le droit d’en discuter ? Ne peut-on pas laisser le peuple en décider ? Pas étonnant que nos gouvernants soient contre le référendum d’initiative populaire !

Ceux qui ne respectent pas les décisions du peuple ne se contentent pas de le mépriser : ils tuent l’esprit même de la démocratie.

Professeur honoraire

Publié le: 30/05/2015 03:06
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re: 29 mai 2005 : une victoire historique, une trahison générale
#3

Référendum constitution européenne - La trahison UE-UMPS

Il y a dix ans, le résultat du référendum sur le Traité Constitutionnel Européen (TCE) ébranlait la France, l’Europe et le monde. Par 55 %, avec une très forte participation, nos compatriotes avaient infligé un pied de nez historique à toute la classe politique et médiatique, qui les sommait, menaces à l’appui, de voter « oui » au projet de Giscard d’Estaing.

Ayant, à un niveau modeste, participé activement à cette campagne, il me paraît, à travers mon vécu, intéressant de revenir à cette époque, aux mois qui l’ont précédée, et à la trahison générale qui l’a suivie.

Quand Chirac a fait le choix de consulter les Français par référendum, suite aux demandes de Sarkozy et du PS, j’ai tout de suite senti, intuitivement, que quelque chose d’énorme était possible. Animant une association locale, j’ai immédiatement cherché à multiplier les lieux de débats, pour mobiliser un maximum de personnes. Je me rappelle de la première initiative, où j’étais opposé à une conseillère régionale socialiste, Jacqueline Penez. Bien que celle-ci ait été dominée dans le débat, elle avait terminé, de manière très suffisante, par cette phrase : « C’est bien qu’il y ait un débat, mais dans les sondages, vous ne faites que 35 %, donc amusez-vous, mais le oui gagnera largement ».

Je participais ensuite à des réunions publiques unitaires, animées par les réseaux d’Attac, qui furent très actifs sur la question. Mais attention, unitaires, certes, mais il n’y avait que des représentants du « Non de gauche », pas question de se mélanger avec Dupont-Aignan et encore moins avec de Villiers. Le FN, par calcul, avait choisi d’être discret, laissant les deux autres défendre le « Non de droite ». Dans nos réunions, il y avait la LCR, le PCF, l’aile gauche du PS (Filoche-Mélenchon), des syndicalistes Sud et CGT et beaucoup de militants d’Attac, qui avait le vent en poupe à l’époque. Les amis de Chevènement, pourtant ostracisés par l’extrême gauche, étaient tolérés. Moi, et quelques amis, étions admis avec l’étiquette laïque. Bien que ne militant dans aucun parti politique, j’avais envie d’aider, à ma façon, les socialistes qui rompaient avec la discipline de leur parti, et s’engageaient en faveur du non. J’étais donc devenu un responsable atypique départemental de PRS (Pour la République Sociale), association créée par celui qui était encore sénateur socialiste de l’Essonne. Je pensais alors contribuer à la construction d’une force de gauche républicaine qui manquait cruellement à notre pays, depuis la chute de Chevènement, en 2002.

Une chose m’amusait toujours, dans ces réunions : je faisais partie des rares qui ne se sentait pas obligé de dire, avant de parler, que j’étais profondément européen. Ce catéchisme européiste récité par des gauchistes qui se voulaient internationalistes m’exaspérait, car je ne me suis jamais senti européen. Mais je profitais des salles remplies pour faire passer des messages laïques, et cibler Tariq Ramadan et les islamistes, qui, alliés aux catholiques, voulaient profiter de ce TCE pour imposer une laïcité de type anglo-saxonne, et détricoter la loi de 1905. C’était un discours pas trop islamophobe, qu’on pouvait tenir devant une assemblée de gauche, et généralement, mes interventions passaient plutôt bien.

Je fis partie des rares partisans du « non » qui organisèrent des débats avec des partisans du « oui », de gauche, bien sûr ! J’ai le souvenir d’une salle archi-comble, face à un maire PS et un maire-adjoint Vert, sous l’arbitrage de la regrettée Brigitte Bré Bayle, où les deux malheureux furent étrillés par un barbu d’Attac et par moi-même.

Nous avions l’impression d’être portés par une vague irrésistible. A chaque sondage, nous progressions, et quand nous atteignirent 50 %, la panique gagna la direction du PS, de l’UMP, des Verts, du Modem, de la CFDT et surtout tous les éditorialistes qui militaient activement pour le oui, et diabolisaient grossièrement notre camp. Plus ils nous insultaient, plus, avec internet (2005 fut la première utilisation militante massive de ce nouvel outil) nous répliquions par des arguments souvent imparables. Guigou, excédée, menaça d’arrêter la politiques si le « non » l’emportait. Il est vrai qu’en 1998, elle avait aussi promis, après le vote du Pacs, qu’il n’y aurait jamais de mariage homosexuel en France.

A lire aussi:

2005-2015 - Le "NON" 10 ans après : Une première victoire des peuples européens sur le fédéralisme
Europe : Liste des traitres qui ont voté le "Traité de Lisbonne" contre l'avis du peuple français

Je me souviens de la dernière réunion publique, devant plusieurs centaines de personnes enthousiastes, dans une des dernières municipalités communistes de la région parisienne. Je devais traiter des médias et le TCE, sujet sur mesure qui me permit de faire vibrer la salle, en concluant qu’il suffirait de voir la tronche en biais des journalistes, le dimanche 29 mai à 19 heures, pour comprendre, avant l’annonce officielle des résultats, que nous avions gagné, ce qui ne faisait aucun doute à mes yeux.

Ce pronostic fut donc confirmé, il y a dix ans aujourd’hui, à 20 heures. Le lendemain, Cohn Bendit, comme en 2009 lors de la votation suisse, éructa contre le vote de nos compatriotes (qui hélas sont les siens depuis quelques jours). Serge July, autre enfant de 68, insulta les Français dans un édito mémorable de Libération. Toute la caste politico-médiatique avait la gueule de bois, et crachait sur les Français.

Mélenchon avait été le grand orateur du « non de gauche ». J’étais au milieu de ses amis, ce dimanche soir, place de la Bastille. A ma grande surprise, teintée de déception, je ne vis qu’à peine deux mille personnes présentes, comme si les Français avaient fait un pied de nez au système, sans ressentir le besoin de descendre dans la rue pour manifester leur joie.

Ce fut après que les choses se gâtèrent. Je mis du temps à comprendre que les vainqueurs étaient fort ennuyés par leur victoire. Personne, à droite comme à gauche, ne sollicita Chirac pour exiger que la France sorte de l’Union européenne, jusqu’à l’abrogation du traité. Il me semblait que cela était pourtant l’angle à utiliser. Quand je me permis, fort timidement, d’évoquer cette perspective à quelques hauts responsables, on me fit remarquer que nous étions pour l’Europe, mais pas pour celle-là, et que c’était l’extrême droite qui se battait pour la souveraineté nationale, pas la gauche. Effrayé d’un tel parallèle, je n’insistais pas, mais je compris que le camp avec lequel j’avais milité n’avait absolument aucune envie que notre pays sorte de l’Union européenne, et que cette campagne leur avait davantage permis de se positionner au sein de leur camp.

C’est que chacun avait ses calculs politiciens. Les gauchistes n’avaient qu’une envie, torpiller Attac, qui leur faisait trop d’ombre. Ils réussirent parfaitement, provoquant une crise, alors que cette association était à son sommet, et comptait des dizaines de milliers d’adhérents. Mélenchon et Fabius (sic !) n’avaient qu’une idée : monnayer au mieux la victoire du non pour revenir dans le giron socialiste. Six mois plus tard, tous les socialistes, y compris Mélenchon, s’embrassaient à nouveau sur la bouche, il fallait tourner au plus vite la page de la victoire du non et de la division interne qui avait marqué cette période. Immédiatement, je décidais de quitter PRS, entraînant toute l’équipe du département, sauf deux ou trois fidèles de Méluche.

Puis il y eut la campagne présidentielle de 2007, où, chose extraordinaire, cela se joua entre trois candidats du « oui », que les Français plébiscitaient massivement : les européistes Royal, Sarkozy et Bayrou obtinrent, au premier tour, à eux trois, 75 % des suffrages ! En 2008, Sarkozy, aidé par le PS, court-circuita le vote de 2005, et fit adopter le traité de Lisbonne, qui reprenait le TCE massivement refusé par les Français trois ans plus tôt. La messe était dite. Ce jour là, à Versailles, il n’y avait plus que quelques centaines de militants, derrière Nicolas Dupont-Aignan, pour protester contre la forfaiture Sarkozy-Hollande.

Dix ans après le 29 mai 2005, toujours aucun des partisans du « non de gauche » ne réclame la sortie de l’Union européenne (à l’exception du groupusculaire Mpep, dirigé par l’ancien président d’Attac, Jacques Nikonoff). Mais ces derniers, comme effrayés de leur audace, passent leur temps à vouloir se démarquer du FN, principale force politique qui milite pour cette perspective.

Quant à ceux avec qui j’ai mené campagne à l’époque, ils considèrent le seul parti qui réclame la sortie de l’Union européenne, le FN, comme plus dangereux que l’UMPS, qui nous colle toujours plus d’Europe, plus de chômage, plus de rigueur, plus de pauvreté, plus d’islamisation et plus d’immigration.

Cherchez l’erreur !

Pierre Cassen




http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 30/05/2015 22:38
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !