Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> [Hongrie] Migrants : la Hongrie érige un mur, l’Union européenne lambine [Actualité Mondiale]





[Hongrie] Migrants : la Hongrie érige un mur, l’Union européenne lambine
#1

Migrants : la Hongrie érige un mur, l’Union européenne lambine

En 2012, environ 2.000 clandestins étaient entrés en Hongrie.
En 2015, ils sont 54.000, rien que depuis janvier.

Deux chiffres suffisent à résumer le problème : en 2012, environ 2.000 clandestins étaient entrés en Hongrie. En 2015, ils sont 54.000, rien que depuis janvier. Elle est, après la Suède, le deuxième pays de l’Union européenne qui accueille le plus de migrants proportionnellement à sa population. 95 % d’entre eux pénètrent via la Serbie ; 75 % sont originaires de Syrie, d’Irak et d’Afghanistan. Quelques milliers de Kosovars fuient également la crise économique. Pour endiguer au plus vite ce déferlement, le Premier ministre Viktor Orbán a choisi un traitement de choc : la construction d’un mur de 4 m de haut sur 175 km à la frontière serbe. « Une réponse commune de l’Union européenne à ce défi prend trop de temps et la Hongrie ne peut plus attendre. Elle doit agir », explique son ministre des Affaires étrangères, Péter Szijjártó. Les travaux préparatoires, d’ores et déjà lancés, seront bouclés le 24 juin.

Stupeur du Premier ministre serbe, Aleksandar Vučić, qui se déclare « surpris et choqué » par l’annonce de Budapest : « La solution n’est pas de dresser des murs. La Serbie ne peut pas être responsable de la situation créée par les migrants, nous ne sommes qu’un pays de transit […]. Nous leur fournissons de l’aide, de la nourriture, mais ces gens ne veulent pas rester en Serbie, ils sont de passage », ajoute-t-il, visiblement guère enthousiaste à l’idée de récupérer la patate chaude. « Cette décision ne contrevient à aucun traité international, d’autres pays ont opté pour la même solution », rétorque Péter Szijjártó. La Bulgarie prévoit d’ailleurs de prolonger de 82 km la clôture de barbelés qu’elle a installée fin 2013 à la frontière turque.

Résolu à lutter contre l’immigration, le gouvernement hongrois a même lancé une vaste campagne d’affichage à coups de slogans sans équivoque, tel « Si tu viens en Hongrie, sache que tu ne pourras pas prendre le travail des Hongrois », qui ont fait bondir le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR). En guise de contre-offensive, ce dernier a encensé, façon Hungarian dream, l’intégration exemplaire d’une poignée d’Afghans qui font des étincelles… dans l’équipe nationale de cricket.

A lire aussi:

Invasion en cours: La stratégie islamiste (27 articles)
[UE] L’immigration coûte cher à l’Europe
[Hongrie] Viktor Orbán, 1er ministre hongrois, demande l'arrêt de l'immigration vers l'Europe !
Autosatisfaction de l'Europe des traitres: 30 ans sans frontières pour tuer les identités nationales[UE] Manuel pour clandestins: Comment traverser la Méditerranée en toute illégalité ?
[UE] Quand la commission européenne finance les terroristes avec notre bel argent !
[UE] Immigration : nous sommes sous le joug européiste
[UE] Le Parlement européen confie la politique d’immigration à Kyenge Kashetu

Rechignant à adopter une véritable politique de fermeté pour refouler les clandestins, les nations et instances européennes se renvoient la balle et s’enlisent dans des contorsions dilatoires. La France bloque à Vintimille les migrants qui saturent l’Italie, mais planifie la création de 10.000 places d’hébergement. En 2014, 65.000 demandes d’asile ont été déposées dans l’Hexagone. Moins de 5 % des déboutés ont été expulsés. En Europe, elles se sont élevées à 600.000, dont 115.000 ont été refusées. À l’échelle mondiale, le nombre de déplacés et de réfugiés a atteint le record de 60 millions, contre 37,5 il y a dix ans. « Nous ne sommes plus capables de ramasser les morceaux », s’alarme le HCR.

Ces quinze dernières années, les pays de l’Union européenne ont dépensé 11,3 milliards d’euros pour renvoyer les migrants – soit, en moyenne, 4.000 euros par personne – et 1,6 milliard pour protéger les frontières, révèle une enquête du collectif de journalistes The Migrant Files. La France a participé à hauteur de 3 milliards. Sur la période 2014-2020, la Commission européenne va aussi verser 3,1 milliards au Fonds asile, migration et intégration (FAMI) et 3,8 milliards au Fonds sécurité intérieure (FSI). La clôture entre la Grèce et la Turquie coûte à la première 7 millions par an en entretien. L’Espagne débourse 10 millions pour celles de Ceuta et Melilla. Le prix à payer en attendant que l’Europe stoppe enfin cette immigration incontrôlée. La Hongrie va, elle aussi, en faire les frais.

 

Journaliste

Publié le: 20/06/2015 03:12
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !