Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Comprendre la taqiyya pour mieux résister à l’islamisation [Application de la charia]




(1) 2 »

Comprendre la taqiyya pour mieux résister à l’islamisation
#1

Qu’est-ce que la "Taqiyya" ?

On trouve aussi les orthographes suivantes : taqiya, takia.

Toutes les obédiences islamiques ont recours à cette pratique qui consiste à recourir au mensonge, à la dissimulation et s’il le faut à de faux témoignages et à de faux serments quand l’intérêt de l’Islam l’exige, ou tout simplement quand un avantage personnel se présente. Exemples : dettes contractées, dépôts reçus, participation à un délit, quand l’aveu devrait les compromettre ou simplement quand ils se trouveraient momentanément dans la gêne. Cela pose un sérieux problème dans les discussions avec les musulmans quand il est impossible de faire la part des choses et qu’une signature n’a aucune valeur. Comment alors envisager une relation de confiance avec un musulman ?

Un exemple concret : en 1952 la Turquie a signé notre « Déclaration Universelle des Droits de l’Homme » et 50 ans après, la population est à 99% islamiste avec une législation qui se trouve alignée sur la Shari’a.

Source : http://www.euboco.eu/fr/page3/taqiya.php (site de Anne-Marie Delcambre)

 

Que dit le coran à propos de la « Taqiyya » ?

Tout d’abord, la Taqiyya fait partie des choses juridiquement permises par la charia (loi islamique).

« Les croyants ne doivent pas prendre pas pour awliyâ' des incroyants, délaissant les croyants. Car celui qui fait ainsi n'est en rien de Dieu. Sauf si vous Tattaqû de leur part Tuqâtan" / "Taqiyyatan » (Coran 3/28). Il y a plusieurs variantes de lecture des termes en gras, qui sont grandement débattues chez les ulémas (savants musulmans). Voir à ce sujet la discussion très sérieuse sur ce lien : http://www.maison-islam.com/articles/?p=649

Ce passage du coran sur la Taqiyya signifie qu'un musulman ne peut pas dire à des non-musulmans : « Je suis des vôtres, et je désavoue l'islam », sauf s'il se trouve dans une situation de Taqiyya : crainte pour sa vie ou son intégrité physique. Si c’est le cas, il peut le faire du bout des lèvres, et non pas avec le cœur car sa foi doit rester intacte. Le problème, c’est que les ulémas ne sont pas d’accord entre eux sur les moyens de se préserver. Certains disent que la parole est le seul moyen. Mais la majorité pense que la Taqiyya peut se traduire également par des actions (par exemple, feindre les us et coutumes des adversaires).

Remarquons que la pratique de la Taqiyya est universelle dans le monde musulman et fait partie intégrante de leur culture. Selon al-Hassan al-Basrî : « La Taqiyya est instituée pour le croyant jusqu'à la fin du monde ».

 

Qu’est-ce qu’une situation de « contrainte » dans le cadre de la Taqiyya ?

Un musulman peut exercer la Taqiyya lorsqu’il se retrouve dans une situation de « contrainte ». Mais qu’est-ce qu’une contrainte ? Cette notion est totalement absente de notre façon de vivre et de penser occidentale. Si vous prenez la peine de visiter des sites musulmans, vous tomberez sur des discussions complètement invraisemblables. Vous découvrirez que l’étude de la religion musulmane ressemble en effet plus à une étude tactique guerrière qu’à une introspection visant à une meilleure spiritualité. Les musulmans seraient ainsi attaqués de toutes parts et devraient résister aux contraintes exercées par ceux qui ne sont pas musulmans. C’est simple : notre façon occidentale de vivre ou de discuter peut être perçue comme une « contrainte » par les musulmans : ils sont souvent « offusqués ».

Possédons-nous dans la religion chrétienne (simple exemple) pareille notion, opposant les différentes croyants les unes aux autres comme s’il s’agissait d’une guerre ? Non !

 

Comment se manifeste la takiyya au quotidien envers un non musulman ?

Dans cette optique, nous comprenons bien que tous les débats sont faussés dès qu’un musulman se sentira pris au piège dans sa foi. Il mentira de façon quasi professionnelle et systématique, même devant un témoin ou une autorité, afin de préserver ses croyances, ses co-religionnaires et les intérêts de l’islam. Pour beaucoup, mentir est une seconde nature face à un non musulman.

Par exemple, je connais un couple de parents dont la jeune femme belge non musulmane (et amoureuse) s’est mariée à un musulman originaire du Maghreb. Sitôt marié, l’époux est reparti plusieurs semaines au pays, abandonnant sa jeune épouse en pleurs sans la moindre explication. Dès son retour, les parents excédés ont tenté d’avoir une discussion ferme et ouverte avec le jeune homme : « pour le bonheur de leur fille ». Cet échange verbal, qui m’a été relaté, a été d’un surréalisme le plus total, laissant les parents face à une véritable machine de guerre. Ils ont demandé au jeune homme les raisons qui l’avaient poussé à abandonner leur fille sans nouvelles. Il a d’abord invoqué le besoin de retrouver sa famille, ce que les parents ont accepté dans un premier temps. Mais en creusant, ils ont eu droit à diverses versions qui se contredisaient : maman malade, pas d’argent pour le retour, trop occupé pour téléphoner et j’en passe.

Personnellement, je suis intimement convaincue que dès que vous ne servez pas la cause d’un musulman (l’aider lui et ses co-religionnaires) ou que vous devenez critique, vous devenez une menace et vous tombez sous le coup de la Takiyya.

 

La Taqiyya dans les débats et sur les plateaux de télévision…

Selon le site www.maison-islam , qui me semble être assez scientifique d’un point de vie étymologie des mots, la Taqiyya ne consiste pas à mentir pour avancer à visage couvert, comme le croient certaines personnes.

Or, comment croire cela ? Rappelons que la majorité des ulémas considèrent que la Taqiyya peut être pratiquée aussi par les actes et pas seulement par la parole. Sachant qu’une simple caricature de Mahommet dérange les croyants, comment imaginer qu’ils ne se sentent pas « sous contrainte » à chacun de nos actes ou à chacune de nos idées occidentales ?

Dès lors, comment avoir des débats éclairés sur des sujets de société concernant la religion musulmane, lorsque des musulmans sont invités à la table ?

Nos journalistes tentent régulièrement de donner la parole aux musulmans sur des plateaux de télévision, ce qui part d’un bon sentiment. Ils espèrent en effet naïvement et de façon nombriliste voir émerger un « islam des lumières » dans leur émission. Ces journalistes me font pitié…et honte aussi. Comment n’ont-ils pas encore compris que chaque intervention musulmane n’existe que pour minimiser la diabolisation de l’islam et de ses dérives ? Jamais un musulman ne discréditera ses co-religionnaires ouvertement. Pire, ce genre de personnage faisant office de référent fonctionne comme un cheval de Troie. Il infiltrera des associations ou des groupes sociétaux (en tant qu’avocat ou politicien, ou pour lutter contre le racisme par exemple) lui donnant de l’importance pour mieux avoir droit à la parole et défendre les siens. Un occidental pensera que ce type de musulman sera devenu comme lui, prêt à défendre les valeurs occidentales. En réalité, il dira que le port du voile n’est pas si grave, que chacun est libre de pratiquer sa religion selon sa volonté, que manger halal n’est pas pire que manger du foie gras etc. Il invoquera « tout ce que la législation belge permet » afin de justifier ce qu’il avance. En fait, il n’attend qu’une seule chose : remplacer peu à peu nos lois par la charia. Le nombre d’années ne lui fait pas peur. Mentir et se travestir en penseur occidental est pour lui un moyen d’y parvenir.

Observez bien les prochains débats télévisés présentant des musulmans comme invités…

 

Comment lutter contre la takiyya ?

Ne jamais laisser planer un doute lorsqu’une discussion ne semble pas sincère et honnête. Ne pas se dire qu’on a mal compris sous prétexte qu’on est d’une culture différente. Insister et creuser pour mettre à jour l’imposteur. Démolir et déconstruire les discours de ceux qui pratiquent la takiyya. Et sur les plateaux de télévision, ne pas leur laisser le dernier mot.

Lire aussi: La taqiya et le kitman


Publié le: 07/12/2012 18:48
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Comprendre la taqiyya pour mieux résister à l’islamisation
#2

Le Père Henri Boulad nous parle de la takiyya (Entretien du 25/06/2012 de FRANCE 24) :

http://www.l-union-fait-la-force.info ... viewtopic.php?topic_id=51


Publié le: 27/01/2013 13:01
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : La takia, ce mensonge pieux en islam qui pollue toutes nos communications avec les musulmans
#3

pinocchio islam

La takia...Le mensonge pieux en islam...pour mieux endormir les mécréants naïfs

Si vous cherchez un peu, vous trouverez toujours quelqu'un (musulman ou non!) pour vous dire que l'islam n'a rien en commun avec la violence des djihadistes. Des personnes bien intentionnées arriveront même à vous affirmer que l'islam est une religion "d'amour, de paix et de tolérance".

islam paix pancarte

Pourtant, des massacres ont lieu aux quatre coins du monde vis-à-vis des infidèles...

religion paix

...et les plus grands génocides sont commis au nom de l'islam.

terreur islam

Or dans les affirmations très assurées du fait que l'islam serait une religion pacifique, il faut tenir compte d'une pratique très répandue en islam, c'est la pratique de la takia, c'est-à-dire le mensonge pieux. Chez les musulmans, il est en effet permis de mentir aux non-croyants lorsque, en tant que croyants, les musulmans se sentent en danger ou que leur religion est dénigrée par les non-musulmans (mécréants, non-croyants).

Evidemment, si vous leur posez la question et que vous n'êtes pas musulman, les musulmans vous répondront que le mensonge est interdit en islam. En fait, le mensonge est juste interdit envers les musulmans, pas envers les non-musulmans.

 

 

La takia...Pour mieux se mentir à soi-même...et justifier le meurtre des mécréants

Dans l'optique du croyant, le mensonge devient donc une option stratégique possible pour défendre l'islam et sa propre intégrité en tant que croyant s'il se sent soumis à des pressions de la part des mécréants.

Cette pratique de la takia peut même être poussée à son extrême en rendant le meurtre accessible. En effet, les musulmans les plus fervents peuvent se mentir à eux-mêmes en se définissant comme "innocents" pour le meurtre de mécréants. La takia sert donc aussi à justifier l'injustifiable. Pensons notamment à la sortie du film "L'innocence des musulmans", jugé blasphématoire, et aux manifestations de violence que cela a provoqué à travers le monde, dont le meurtre collectif de l'ambassadeur des Etats-Unis en Lybie à Benghazi en septembre 2012. L'auteur du film avait réussi à mettre le doigt sur un point sensible dans la tradition musulmane. Ces violences n'ont pas été le fruit du hasard.

innocence musulman

 

 

La takia...Pour échapper à l'ennemi potentiel

Le mensonge dans la communication verbale d'un musulman vers un non-musulman est presque devenu une pratique culturelle. Cela n'a aujourd'hui plus aucun lien conscient avec l'islam. La plupart des musulmans, des arabes et des maghrébins ne se rendent même plus compte qu'ils ont hérité de cette façon de communiquer du coran.

Aujourd'hui, la pratique de la takia (=mensonge) peut prendre cours partout où il y a un ennemi potentiel. Du coup, quand cela les arrange, ils sont facilement enclin à mentir, par paresse ou pour éviter les problèmes.

Trouver un arabe ou un musulman qui tient parole et qui ne ment pas est donc quelque chose de peu courant si vous êtes considéré par lui comme un ennemi ou un obstacle. C'est aussi pour cette raison qu'il existe beaucoup de blagues sur de jeunes maghrébins pris en flagrant délit de petits larcins, qui arrivent encore à dire qu'ils sont "innocents" en regardant la police droit dans les yeux.

voleur innocent

 

 

La takia...Un mensonge pieux qui brouille la communication entre musulmans et non musulmans

Donc, voilà...Si on vous a traité un jour de gros naïf parce que vous défendiez les musulmans qui se disaient victimes d'islamophobie, c'était avant tout pour vous ouvrir les yeux. Tous n'ont peut-être eu la subtilité de vous expliquer cela à la lumière de la takia. Mais vous pouvez désormais expliquer ce principe aux autres naïfs qui se font embrouiller par de faux discours.

Ce n'est pas qu'on déteste les musulmans. Ce qui nous agace profondément, c'est surtout leur propension à déformer, à amplifier, à se victimiser, à s'innocenter ou à se justifier. Au final, ils ne font que travestir la réalité, ce qui revient à MENTIR. Et lorsqu'on aborde le sujet de leur responsabilité dans la façon dont ils veulent mener les discours, ils fuient comme des anguilles. Ce type de communication nous empêche du coup d'avoir un véritable débat de société sur tout ce qui touche à la religion, dont la leur. Et alors là, il est vrai que nous les détestons vraiment !

La première chose à laquelle les musulmans modernes doivent donc veiller s'ils veulent que nous vivions en paix ensemble, ce serait qu'ils apprennent à reconnaître tous les signes de la takia à notre égard, même dans les plus petites actions du quotidien, et qu'ils assimilent ce que signifie "avoir une seule parole".

 

http://l-union-fait-la-force.info


Publié le: 09/11/2014 16:38
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !