Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> 600 croix blanches en mémoire de nos agriculteurs qui se suicident [Actualité Générale]





600 croix blanches en mémoire de nos agriculteurs qui se suicident
#1

600 croix blanches en mémoire de nos agriculteurs qui se suicident

Érigées le matin même par un maraîcher breton à la mémoire, dit-il,
des 600 agriculteurs qui se suicident chaque année en France,
ces croix en polystyrène sont battues par les vents et certaines choient à terre.
Le symbolisme n’en est que plus grand.

Étrange et touchant spectacle que celui de ces 600 croix blanches, ce dimanche, sur le parvis de Sainte-Anne-d’Auray.

Érigées le matin même par un maraîcher breton à la mémoire, dit-il, des 600 agriculteurs qui se suicident chaque année en France, ces croix en polystyrène sont battues par les vents et certaines choient à terre. Le symbolisme n’en est que plus grand.

A lire aussi:

Le "blues" des agriculteurs français : "on se dit 'j’ai envie de mourir aujourd’hui'"

Marine Le Pen : La vérité sur les dangers du Traité Transatlantique (21 articles)
La politique des crapules de l'UE-UMPS fait que nos paysans se suicident pour échapper aux huissiers
Suicides: 50 policiers et 180 paysans en un an… qui sont les « chiens » ?
Des agriculteurs au bord de la crise de nerfs
Marine Le Pen du Parti patriote Front National : GAD, une catastrophe annoncée
Mensonge et hypocrisie socialistes
Marine Le Pen pour la protection des agriculteurs français et européens
Les eurodéputés FN interpellent l'UE sur l'emploi dans le monde rural et sur la concurrence déloyale
[UE] Et si Bruxelles cessait de racketter la France ?
Gabegie bruxelloise, Prix Sakharov, dédiabolisation… : les vérités de Bruno Gollnisch, Député UE
L’agriculture meurt de l’Europe
Front National patriote - Marine Le Pen acclamée et attendue au Salon de l'Agriculture - vidéos
Front National Ruralité: Tour de France des députés FN européens en région Centre
Avec le site Ohlala ! Même les proxénètes sont menacés de chômage...
Financement des retraites : on nous aurait menti ?
François Hollande au Salon de l'agriculture : entre panique et enfumage!
Allocation aux personnes âgées : une préférence étrangère bien réelle
Pacte d’irresponsabilité
Les Français n’arrivent plus à payer leurs impôts : le gouvernement devra-t-il en arriver au fouet ?
Une digue est en train de sauter, le vrai peuple se réapproprie la rue
Le fisc lui réclame 87.000 euros : il n’avait qu’à être migrant !

Certains contestent les chiffres « empiriques » de ce fils d’agriculteur lui-même revenu à la terre – les statistiques officielles évoquent, pour le monde paysan stricto sensu, un suicide tous les deux jours, et non deux suicides par jour – mais tout le monde s’accorde sur un point : si l’on prend les chiffres par catégorie socioprofessionnelle, les agriculteurs détiennent, de loin, le triste record des suicides, avec un taux trois fois plus élevé que chez les cadres. Et la solitude, la dureté structurelle du métier ne peuvent être seules en cause : les courbes montrent des corrélations très claires entre le nombre de suicides et les crises économiques touchant telle ou telle filière.

Une messe a été célébrée dans la basilique par Mgr Centène, l’évêque de Vannes, et une stèle a ensuite été inaugurée près du sanctuaire à l’effigie d’Yvon Nicolazic, ce jeune paysan auquel est apparue sainte Anne au XVIIe siècle. À cette cérémonie, 1.500 personnes, dont de nombreux agriculteurs, très émus par cette célébration. Certains confient au micro du Télégramme avoir tous connu « quelqu’un dans leur métier » qui s’est donné la mort, et y avoir eux-mêmes parfois pensé… D’autres confient leur sentiment d’être « très seuls », de « manifester, de réagir, de crier [leur] détresse » en pure perte : « l’État et Bruxelles ne les entendent absolument pas », ils ont l’impression « qu’il n’y a rien à faire ». Ce parterre de croix ne gronde pas, ne menace pas, ne bloque pas la circulation. C’est la manif d’après : non plus la manif bruyante de la colère, mais celle, silencieuse, du désespoir.

Que l’Église condamne, bien sûr, le suicide n’y change rien. Si elle ne les entend pas avec compassion, qui le fera ? Mgr Centène supplie que « l’homme soit placé au cœur du système économique, et non la finance ».

Les paysans bretons n’ont pas plus gardé la foi que le reste de la France. Mais ils sont si près de la terre qu’ils ne peuvent pas être très loin de leurs racines. Et c’est à Sainte-Anne-d’Auray, comme les marins, qu’ils se raccrochent, pris dans l’ouragan de la mondialisation, ballotés par tous les vents fiscaux, noyés dans la charge de travail. « Du fond de la terre, miserere. »

Sur le podium du suicide, après les agriculteurs, viennent les ouvriers, les artisans, les petits chefs d’entreprise. La « France périphérique », comme on a désormais coutume de l’appeler. La France basique, la France rustique, la France pudique qui est en train de devenir la France pathétique.

Dans une entreprise, lorsque les suicides se multiplient, on diligente une enquête de « management » : le patron a-t-il trop harcelé, demandé, humilié ? N’a-t-il pas assez écouté, rassuré, fait preuve d’humanité ? Mais l’État n’a de comptes à rendre à personne. Cette France périphérique, par trop hermétique au mondialisme, c’est la France antique vouée à disparaître. Comme à un vieux chien, on lui gratte prudemment le haut du crâne quand elle montre les crocs. Mais on la laisse mourir seule dans son coin.

 

Ecrivain, journaliste

Publié le: 14/10/2015 03:47
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !