Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Islamophobie : barbarisme au service de l’intox ! [Conflits / Chocs des cultures / Racisme anti-blancs]




(1) 2 »

Islamophobie : barbarisme au service de l’intox !
#1

islamophobie - Un terme utlisé par des traitres islamo-collabos

Notes préliminaires

Barbarisme : Faute contre le langage soit dans la forme, soit dans le sens du mot (mot créé ou altéré, dévié de son sens, impropre) CNRTL.

Intox : Campagne systématique de mise en condition de l’opinion publique par la diffusion d’opinions tantôt vraies tantôt fausses et plus ou moins alarmantes. CNRTL.

« Islamophobie », quel est ce terme ?

Un terme à la mode fleurissant chez les islamistes, les collabos, les politiciens, les médias, et à tout propos, depuis quelques années.

Une recherche du terme « islamophobie » dans le dictionnaire de l’Académie 8e et 9e éditions retourne l’information suivante :

« Aucun document ne correspond à ces critères »

De la même manière une recherche dans les « Le Trésor de la langue française »1 ne donne aucun résultat.

Il est à remarquer que les mêmes recherches sur les termes « homophobie », « christianophobie », ou « judéophobie » ne donnent pas plus de résultat …

Par contre les termes « xénophobe », « xénophobie » sont largement définis. Pour quelle(s) raison(s) ? Mystère !

Ces constatations amènent à penser que le barbarisme « islamophobie » sans être, nécessairement d’origine récente serait redevenu « très tendance » récemment.

Plus particulièrement depuis 1988, quand l’OCI (Organisation de la Coopération Islamique) avait réussi à rassembler une majorité de votes, au sein des organismes de protection des droits de l’homme2 et de l’Assemblée générale de l’ONU, en faveur de résolutions défendant « la lutte contre la diffamation envers les religions (Comprendre : la diffamation envers l’islam) ».

Origines du terme

Il apparaît que tous les initiés – pas au point de savoir qu’il s’agit d’un barbarisme – soient nécessairement d’accord sur l’origine du terme « islamophobie ».

La « première utilisation » de ce barbarisme serait celle faite par le peintre Alphonse Étienne Dinet4 et celle faite par l’intellectuel algérien Sliman Ben Ibrahim dans sa biographie du prophète (1918).


A lire aussi:

Mot-clé: islamophobie

L’islamophobie, la contre-enquête : « La France manipulée à grande échelle »
Vous avez dit islamophobie ? Une mise au point
Islamophobie : ma défense devant la Justice - Ivan Rioufol
Quand l’antiracisme rapporte gros… Pierre Cassen - Riposte Laique
Guerre contre l’islam : feu à volonté sur les prières de haine
Le dictionnaire de l’islamophobie marque l’entrée en vigueur de la charia en France
Un forum européen contre l'islamophobie encouragé par Michaël Privot...un Frère Musulman
Hollande-Valls-Cazeneuve encouragent un délit mondial de blasphème
Application de la charia: L’Arabie saoudite, veut une loi mondiale contre le blasphème de l’islam
Délit de faciès, arme politique de l’anti-France ?
Les Belgo-Marocains démoralisés car victimes de discrimination ? Voici la réponse des Belgo-Belges ! (9 articles)
Diffamation envers le Bloc identitaire : le directeur de publication d'Oumma.com renvoyé au tribunal
Il faut éradiquer l’islam pour l’empêcher de détruire la France
De Paris à Copenhague, la liberté a un prix. L’Europe est une terre de conquête pour le djihad
Lisez le Coran, monsieur Juppé : il y va de la République !
Un maire UMP interné pour ce tweet : "Il faut interdire le culte musulman en France"
Valls le traitre bichonne son électorat dans des écoles musulmanes et mosquées
Pourquoi il faut dissoudre le CCIF et expulser ses dirigeants
Des livres pronant le djihad, la mort des athées, juifs, chrétiens, apostats, toujours en vente !
Courageuse & merveilleuse Zineb El Rhazoui, marocaine apostate, qui dénonce la violence de l'islam
Georges Soros, ce juif anti sioniste qui finance l’islam politique
La Vache Qui Rit accusée d’islamophobie dans ses Apéricubes
La place de l'islam fracture Les Républicains (faux Républicains UMP)
[France] Nouvelles affiches RR: L’islamophobie n’est pas un délit, c’est de la légitime défiance !
Délit d’islamophobie : après avoir aidé les islamistes, Fourest gémit…
Le CCIB tente de prouver l'islamophobie des Liégeois...et pond une factsheet truffée d'erreurs
Les actes islamophobes auraient doublé depuis 2011 selon le CCIB ...Cette fois, la coupe est pleine ! (5 articles)
Quand le “Collectif contre l’Islamophobie en France” abuse de Photoshop…
Le CCIF (Collectif Contre l’Islamophobie en France) pratique la takkiya à des fins publicitaires

Mais, Dahou Ezzerhouni a cité plusieurs autres utilisations en français dès 1910, et à partir de 1912, dans :

« La politique musulmane dans l’Afrique Occidentale Française » d’Alain Quellien, publié en 1910 » ;

« la Revue du Monde Musulman en 1912 et 1918 » ;

« la Revue du Mercure de France en 1912 » ;

« Haut-Sénégal-Niger de Maurice Delafosse en 1912 » ;

« Journal of Theological studies en 1924. »

Une explication particulièrement intéressante

Selon Christopher Allen (dans son ouvrage « Islamophobia. » – 2010), lors de ses « premières utilisations », ce barbarisme n’avait pas la même signification que dans son utilisation actuelle :

« …à l’origine, le terme faisait allusion à une crainte de l’Islam par les musulmans, et non une crainte ou la haine des musulmans par des non-musulmans… »

Laurent Mucchielli, dans un article de son blog « le vieux singe »5 précise :

« … J’ai démontré dans un article précédent que ce mot n’était pas un article d’importation, mais qu’il avait été employé (avec son antonyme islamophilie9 ) il y a un siècle par des administrateurs coloniaux français… »

Caroline Fourest affirme que ce terme

« …a pour la première fois été utilisé en 1979 par les mollahs iraniens souhaitant faire passer les femmes qui refusaient de porter le voile pour de « mauvaises musulmanes »… »

Alain Gresh10 , mentionne une utilisation de l’expression « délire islamophobe » dès 1925 en France.

La version en langue anglaise de Wikipedia faisant référence aux travaux de plusieurs auteurs6 , mentionne :

« … The term dates back to the late 1980s or early 1990s, but came into common usage after the September 11, 2001 attacks in the United States…. »

« … Le terme remonte à la fin des années 1980 ou au début des années 1990, mais est entré en utilisation commune après les attaques du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis…. »

Pour certains « autres » qu’il n’est pas indispensable de citer, tant leurs délires anti-occidentaux sont des phénomènes récursifs :

« … les Services des Renseignements occidentaux ont inventé ce terme pour créer la crainte de l’islam chez les citoyens. On nous répète que cela était nécessaire, après la fin de la guerre froide, l’effondrement de l’Union Soviétique, et du bloc « socialiste » en Europe de l’Est. Les tenants de cette théorie prétendent que l’occident a toujours eu besoin d’un ennemi commun pour maintenir sa cohésion et ses alliances. La menace communiste a été utilisée à cet effet durant un demi-siècle, et maintenant c’est l’islam est utilisé pour la même chose… »

Sens donné au barbarisme

Que le barbarisme « islamophobie » soit ou non défini dans des dictionnaires étant des références de la langue française, soit apparu à telle ou telle époque, dans telle ou telle circonstance, soit ou non défini et qu’il soit apparu à telle époque plutôt qu’à telle autre, et dans telle ou telle circonstance, cela n’a aucune importance et relève d’une querelle sur le sexe des anges.

En psychologie, la phobie est définie comme :

« … Symptôme prévalent des névroses obsessionnelles, caractérisé par une réaction d’angoisse ou une répulsion ressentie devant le même objet, la même personne ou une situation bien déterminée … » (CNRTL)

Ceci amène à considérer que le barbarisme « islamophobie » soit donc « une forme de névrose caractérisée des occidentaux, par la peur morbide, l’angoisse, de l’islam ».

Il n’y a dans cette définition de la phobie, en psychologie, aucune idée de haine !

Littéralement, le contenu sémantique associé au barbarisme « islamophobie » est la crainte de l’islam, et non celle de ses adeptes, les musulmans.

Les spécialistes de l’étude de l’évolution sémantique ont établi que :

« … les mécanismes font passer d’un sens à un autre. Ces mécanismes sont toujours les mêmes :

  • les mécanismes objectifs : …
  • les mécanismes subjectifs :
    • passage du sens neutre au sens péjoratif ;
    • passage du sens neutre au sens mélioratif7  ;
    • passage du sens fort au sens neutre…. »

Pour être conforme à l’air du temps, pour déterminer ce à quoi le barbarisme « islamophobie » correspond, il convient donc de se reporter à des « définitions coutumières » que l’on peut trouver dans différents documents quels que soient leurs supports : séquence vidéo, discours, texte. Tous ont des origines partisanes, relativement récentes, et pas toujours très claires. Ces définitions coutumières ne sont pas homogènes et comportent parfois quelques contradictions, même partielles.

Dans de nombreux textes pour la plupart : « copiés – collés » par des apprentis manipulateurs se croyant importants, le barbarisme « islamophobie » est fréquemment associé aux termes de racisme,  xénophobie et autres noms d’oiseaux.

Avec cette association à d’autres termes, correspondant à des comportements inacceptables, il y a « passage du sens neutre au sens péjoratif ».

Cette association n’est pas le fait du hasard, quand bien même elle serait celui de personnes n’ayant qu’une idée approximative du sens des mots. Ces dernières sont de plus en plus nombreuses !

Elle est directement liée à une volonté délibérée d’amalgame, « art » dans lequel :

  • les soviétiques, en particulier le premier secrétaire du parti, par ailleurs « petit père des peuples », Staline, et leurs séides ;
  • les socialistes-nationaux (ou nazis), en particulier le « sémillant ministre » à « l’éducation du peuple et à la propagande », Goebbels, et leurs séides ;

étaient passés maîtres.

Cet amalgame associant les termes de racisme, xénophobie au barbarisme « islamophobie » est important surtout pour ceux en étant les auteurs ou pour ceux s’y associant, pas toujours avec désintéressement, car il se retourne contre eux !

Aujourd’hui, que cela plaise ou non, mais sans que ce soit le moins vérifié8 , le barbarisme est utilisé pour désigner :

« … la peur et les préjugés à l’encontre de l’islam et par la suite la peur et le rejet des personnes de confession musulmane…. »

« … l’hostilité ou un sentiment négatif envers l’Islam,… »

« … une attitude considérée comme discriminatoire à l’encontre des personnes de religion musulmane, et par amalgame, des résidents d’origine maghrébine ou arabe …. »

(Source Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Islamophobie)

Donc, selon ce qui précède, le barbarisme « islamophobie », par la grâce des islamistes et collabos devenu « pseudo-concept » recouvrirait tout à la fois  :

  • la peur de l’islam ;
  • les opinions préconçues, le parti pris, le sentiment négatif et l’hostilité vis-à-vis de l’islam ;
  • la peur et le rejet des musulmans et le comportement discriminatoire à leur encontre ;
  • le comportement discriminatoire vis à vis des maghrébins ;
  • le comportement discriminatoire vis à vis des arabes.

D’aucuns ajoutent le comportement xénophobe et le comportement raciste.

 

Refusons d’employer leurs mots, la langue française est assez riche pour cela !

En refusant d’employer leurs mots, nous refusons leurs idées !

En refusant leurs idées nous refusons leur colonisation !

En refusant leur colonisation, nous les combattons !

Jean-François Cerisier

Prochain article (2/6) : « L’anti-islamophobie, pourquoi, pour quoi »

1 Centre National de ressources Textuelles et Lexicales : CNRS, l’unité mixte de recherche ATILF (Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française) et Université de Lorraine

2 Cette opération de l’OCI, pourrait être considérée comme « cocasse », quant on connaît le goût immodéré, de nombreux pays adhérents de cette association, pour la Liberté et les Droits de l’Homme, et quand on a lu la « déclaration islamique des droits de l’homme » … Non, ce n’est pas cocasse c’est une gigantesque manipulation !

4 Les peintures de cet artiste, dont une bonne part est consacrée aux femmes des territoires du sud-algérien (voir http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tienne_Dinet) provoqueraient très certainement, aujourd’hui, la ire des tenants du système-islamique, et le qualificatif « d’islamophobe » !

9 A noter que le barbarisme « islamophobie » n’est en rien l’antonyme du terme « islamophilie »

10 Journaliste français auteur d’ouvrages sur le Moyen-orient et l’islam

7 Si appréciation positive

8 Il y a là un mélange d’éléments différents ne s’accordant que dans l’esprit de ceux pratiquant cet amalgame, d’idéologues de diverses chapelles, soumis à l’endoctrinement. Le PETIT ROBERT précise « … Méthode consistant à englober artificiellement, en exploitant un point commun, diverses formations ou attitudes politiques… ». Or l’amalgame est un outil du politique et non celui de savants, de professionnels de la santé, ou de linguistes.



http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 03/05/2016 16:52
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re: Islamophobie : barbarisme au service de l’intox ! (2/6)
#2

islamophobie - Un terme utlisé par des traitres islamo-collabos

Le barbarisme anti-islamophobie, pourquoi, pour quoi

Le barbarisme « anti-islamophobie » :

  • est, à ce jour, tout au moins, un outil essentiel, utilisé par les islamistes afin de contraindre les pays occidentaux à baisser leur garde face au système-islamique conquérant et ayant pour volonté, par des actions de nature colonisatrices et colonialistes, la prise de contrôle du monde, mais surtout de l’Europe et de la France :
    • ET, y faire régner un islam moyenâgeux ;
    • ET, y instaurer un état islamique, grand califat ou succédané ;
  • repose sur la paranoïa des islamistes ;
  • développe ou entretient dans les esprits de certains musulmans, des jeunes plus particulièrement, une hostilité, voire une haine envers tout l’Occident1 .

Paranoïa des tenants du système- islamique

Le postulat2 énoncé par les « héritiers » du système communiste ou du système nazi (socialiste-national) : les islamistes, les collabos10 , leurs séides3 ou leurs franchisés4 :

« l‘islamophobie existe », ils l’auraient rencontrée en Occident.

La démolition du savant échafaudage, conduit à procéder à une analyse du phénomène nommé par le barbarisme islamophobie. Elle repose sur quelques questions / réponses s’enchaînant logiquement les unes aux autres :

  • l’Occident a-t-il vraiment peur de l’islam, et a-t-il développé une phobie à son encontre ?
  • ou, qu’est-ce qui est à l’origine de cette phobie ?
  • ne seraient-ce pas les islamistes eux-mêmes qui seraient à son origine, et donc responsables ?

Le point de départ.

Les arabo-islamiques, plus particulièrement, souffrent de paranoïa, caractérisée par leur croyance en une persécution dont ils seraient les victimes. Et, cette croyance est une constante depuis le premier califat.

La paranoïa est caractérisée par :

  • la surestimation de soi. Deux exemples les plus caractéristiques sont répétés à maintes reprises, en maints endroits : l’islam est la seule vraie religion, toutes les découvertes scientifiques des XX ème et XXI ème siècles5 figurent dans le Coran, voire elles ont été faites par des musulmans ou des arabes6 , dans le passé ;
  • la méfiance à l’égard des autres. Par exemple dans les textes sacrés, il est interdit d’avoir pour amis des infidèles car « ils sont capables de toutes les turpitudes , de tous les mauvais coups ». Comment imaginer qu’il soit possible d’avoir des amis infidèles alors qu’Allah les voue à la géhenne ?
  • la susceptibilité démesurée. Par exemple, toute critique à l’encontre de l’islam, à l’encontre d’un musulman, quand bien même elle serait constructive est insupportable, et immédiatement assimilée au blasphème, ou au racisme ;
  • la fausseté du jugement. Trois exemples, pesant très lourd dans l’aptitude à prendre en compte l’évolution du monde par les islamistes :
    • ils considèrent que les Nations occidentales, leurs sciences, technologies, modernités, philosophies, démocraties et droits de l’homme, vivent comme les tribus de l’époque pré-islamique (jahiliyya)7 , selon la théorie de Sayyed Qutb8 , alors que le système de référence, nécessaire à leurs constructions idéologiques, y compris celles du XXI ème siècle repose sur des principes datant du haut moyen-âge ;
    • ils ont l’obsession des humiliations réelles ou imaginaires supposées venir des pays occidentaux, ils sont assoiffés de vengeance ;
    • ils nient que les difficultés dont les pays arabes ou musulmans souffrent puissent incomber au système-islamique, aux dirigeants politiques ou à ceux dirigeant ces pays. La responsabilité des difficultés est imputée aux pays occidentaux donc, bien sûr, ils doivent être punis !

La fausseté de jugement conduit naturellement à une fausse solution : mise en œuvre du terrorisme et des destructions afin de préserver leur mode de vie, leurs ressources (pétrolières notamment), cela malgré leur retard, et le nombre très important d’illettrés9 , de l’ordre de 60% de la population, alors que leur analphabétisme culturel est environ de 90%.

De plus, les arabo-islamiques s’imaginent qu’ils sont les meilleurs : la caste des élus !

Illusion de la progression de « l’islamophobie »

Il faut avoir conscience que la brillante théorie nommée par le barbarisme islamophobie n’est pas le domaine réservé des arabo-islamiques, mais que de nombreuses organisations occidentales l’ont adoptée et la mentionnent à tout propos, qu’elles soient politiques, philosophiques, culturelles, cultuelles, associatives ou gouvernementales, ou qu’il s’agisse d’organismes de presse

A en croire tous les manipulateurs aux petits pieds ou cherchant à en tirer profit : les intérêts politique, financiers sont évidents, les actes relevant de ce qui est nommé par le barbarisme « islamophobie » seraient de plus en plus nombreux et se produiraient de plus en plus fréquemment et dans un nombre de pays lui aussi de plus en plus grand. C’est en tout cas ce que déclarent les islamistes, les collabos, leurs séides et franchisés. Si la mesure est celle du niveau de bruit associé à l’emploi du barbarisme « islamophobie », cela peut paraître vrai, surtout aux autruches se cachant la tête dans le sable pour ne pas voir ce qui va leur arriver.

En fait, cela montre au moins une chose : non pas que les actes soi-disant « islamophobes » soient de plus en plus nombreux, mais que les différents acteurs de la gigantesque manipulation font bien leur travail d’intoxication.

Manipulation des " anti-islamophobes "

Dans le cas précis de la soi-disant « islamophobie », l’OCI, ses franchisés – internationaux ou nationaux – usent de tous les stratagèmes pour agir sur l’esprit, la pensée des Occidentaux pour les intoxiquer et atteindre leurs fins.

La tromperie à combattre :

– NON, l’Occident n’a pas peur de l’islam, NON, il n’a pas développé de phobie à son encontre !

mais,

– OUI, les islamistes gros utilisateurs du barbarisme « islamophobie » souffrent de paranoïa aiguë et congénitale !

Il convient de prendre cela en considération parce que l’Occident, persécuteur désigné à toutes les tribunes internationales, est jugé comme responsable de tout ce qui va mal dans les pays arabo-musulmans.

Comme au « bon vieux temps de l’URSS », il était usuel pour les communistes et leurs séides de faire taire toute personne étant en désaccord avec l’idéologie totalitaire, les islamistes et les collabos usent des mêmes méthodes. Leurs techniques préférées sont la stigmatisation, la diffamation de leurs adversaires. Certes, ils n’utilisent plus les expressions de « réactionnaires bourgeois », « d’ennemis des masses laborieuses », mais le bon vieux principe selon lequel l’attaque était la meilleure des défenses reste d’actualité.

Aujourd’hui, une stratégie identique est employée par les islamistes, les collabos, leurs séides et quelques musulmans modérés de bonne foi, mais manipulés,

Ils déploient tous leurs efforts pour faire taire les critiques et tous ceux mettant en lumière les comportements des islamistes en opposition ou en violation totale avec les Droits de l’Homme, la Démocratie. Ce que d’ignobles « islamophobes », « xénophobes », « racistes » pourraient légitimement considérer comme agressif, belliqueux à leur encontre par la simple application des raisonnements tordus et déviants des islamistes.

Pour cela, ils utilisent le procédé de stigmatisation des auteurs des critiques du système-islamique en les accusant à l’aide du barbarisme « islamophobie ».

Il convient d’aborder les aspects essentiels associés au barbarisme « islamophobie » :

  • peur supposée des occidentaux ;
  • origines de la théorie du barbarisme « islamophobie » ;
  • barbarisme « islamophobie », la réalité cachée ;
  • phobies des islamistes ;

et par là, de répondre à des questions essentielles permettant d’établir la tromperie et l’intoxication montées par les islamistes :

  • comment le barbarisme, très tendance, « islamophobie » est-t-il apparu, ressuscité ?
  • qui utilise ce barbarisme à des fins servant les dessins des islamistes ?
  • qui menace qui ?
  • l’Occident a-t-il vraiment peur de l’islam ?
  • si l’Occident, a peur de l’islam, de quel « islam » s’agit-il : l’islam en tant que religion ou système politique, à l’origine, prescrivant, réalisant des crimes contre l’humanité tels que définis par la Cour Pénale Internationalei10 ?
  • qui sont les victimes réelles des crimes contre l’humanité perpétrés par l’islamo-terrorisme : les Nations occidentales, ou les peuples islamiques ?

Refusons d’employer leurs mots, la langue française est assez riche pour cela !

En refusant d’employer leurs mots, nous refusons leurs idées !

En refusant leurs idées nous refusons leur colonisation !

En refusant leur colonisation, nous les combattons !

 

1 Mais ceci ne les empêche aucunement de profiter au maximum des libertés, des facilités et des largesses de l’Occident, et pour les plus excités d’entre eux, à les inciter à rejoindre les groupes terroristes.

2 Représentation qui est admise de façon implicite et sur laquelle se fonde un système de pensée. (CNRTL) Dans ce cas précis, il est posé, mais sa « démonstration » sera totalement « réalisé » par une manipulation : de l’Histoire, des faits, …

10 C ‘est tout à fait intentionnellement que ce terme est utilisé, avec le sens qui lui a été donné durant et après la période 1940-1945. Il désignait et désigne toujours le soutien qui a été apporté dans différents pays occupés aux forces d’occupation nazies (socialistes-nationales). Cette collaboration a pu être le fait de gouvernements, d’administrations obéissant aux autorités d’occupation nazies, de partis politiques, d’entreprises, d’organisations, de médias, de personnes favorables aux nazis, quels que soient les domaines d’activité.

3 Personne qui manifeste un dévouement aveugle et fanatique à l’égard d’un maître, d’un chef, d’un parti, d’une secte. (CNRTL)

4 Franchisé, ce terme n’est pas utilisé par erreur. Commerçant, commerçante qui utilise la marque, l’organisation, l’image publicitaire, etc., d’un autre (franchiseur) en lui versant une rémunération. C’est bien dans cet esprit qu’il est utilisé, à ceci près que la franchise ne porte par sur des actes commerciaux, mais sur des actes de guerre. Ce sont aussi des relais manipulés ou conscients de la progression de l’anti-islamophobie.(Larousse)

5 En fait, les revendications des islamistes vont bien au-delà de cette courte période.

6 Dans leur esprit embrumé, la différence entre les deux états : musulman et arabe n’est « pas très claire », particulièrement dans les différents textes traitant du sujet et rédigés par des musulmans ou leurs laudateurs.

7 Période dans l’histoire arabe qui selon le prophète a précédé l’apparition de l’islam. Elle est considérée par les arabo-islamiques comme le « temps de l’ignorance ». C’est un terme employé pour dénigrer et diffamer leurs adversaires.

8 Membre important des « Frères musulmans ». Jugé et exécuté (le 29 août 1966.) en raison de son opposition au Président Nasser. Il est considéré en tant que « père » intellectuel de l’islam radical.

9 Dans son sens le plus élémentaire : inaptitude à la lecture.

10 Les crimes contre l’humanité incluent des actes commis dans le cadre d’une attaque généralisée ou systématique lancée contre toute population civile et en connaissance de cette attaque. La liste de ces actes recouvre, entre autres, les pratiques suivantes : meurtre ; extermination ; réduction en esclavage ; déportation ou transfert forcé de population ; emprisonnement ; torture ; viol, esclavage sexuel, prostitution forcée, grossesse forcée, stérilisation forcée ou toute autre forme de violence sexuelle de gravité comparable ; persécution d’un groupe identifiable pour des motifs d’ordre politique, racial, national, ethnique, culturel, religieux ou sexiste; disparition forcée de personnes ; crime d’apartheid ; autres actes inhumains de caractère analogue causant intentionnellement de grandes souffrances ou des atteintes graves à l’intégrité physique ou mentale.

Jean-françois Cerisier

Prochain article (3/6) : Établissement de la tromperie et l’intoxication montées par les islamistes




http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 04/05/2016 10:38
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re: Islamophobie : barbarisme au service de l’intox ! (3/6)
#3

islamophobie - Un terme utlisé par des traitres islamo-collabos

Peur supposée des occidentaux

Il est utile de rappeler, que le barbarisme « islamophobie », qui selon les islamistes, les collabos, leurs séides, leurs franchisés correspondrait à la peur de l’islam à laquelle sont amalgamés : le racisme et la xénophobie.

Cette soi-disant « peur » a des origines, les islamistes nous les désignent. Ce sont tout à la fois (liste non exhaustive, que l’on peut déduire des propos des « maîtres es-islamophobie »)  :

  • « la mouvance néo-conservatrice aux États-Unis ;
  • les mouvements littéraires britanniques ;
  • les intellectuels français de la gauche-conservatrice ;
  • et, dans tous les pays occidentaux, les groupe néo-nazis (donc néo-socialistes-nationaux), les mouvements racistes, les mouvements xénophobes, …

Toujours comme aux époques soviétique ou nazie (socialiste-nationale), plus le mensonge est énorme, plus il a de chances de passer.

Prenant en compte le postulat ci-dessus et partant de l’idée que cette peur serait relative à la religion « islam », on peut se demander pourquoi (liste non exhaustive) les gouvernements des pays occidentaux auraient :

  • permis à de très nombreux musulmans de s’installer dans leurs pays et d ‘en acquérir la nationalité ;
  • offert des aides financières, des terrains pour la construction des mosquées ;
  • offert des conditions de vie, de santé, d’éducation inconnues dans les pays d’origine ;
  • autorisé la venue d’imams de pays étrangers ;
  • permis à des propagandistes du système-islamique de s’installer dans les pays et d’y déployer tout leur zèle afin de forcer les adhésions1 au système-islamique.

Des millions de musulmans, par ailleurs en contradiction avec les directives données par Allah dans le Coran, vivent dans les territoires de la mécréance (dar al kufr), principalement les pays occidentaux, dans la paix et la tranquillité.

« … le Cheykh Al ‘Otheymine précise :

Il est interdit à cet homme de continuer à vivre dans ce pays, et il lui incombe d’émigrer. S’il ne le fait pas, qu’il garde à l’esprit la parole d’Allah : « Les anges venus ôter la vie à ceux qui avaient agi avec injustice envers eux-mêmes leur demanderont : « Où en étiez-vous [de votre religion] ? » – « Nous étions impuissants sur terre », dirent-ils. À quoi les anges répliqueront : « La terre d’Allah n’était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer ? » Voilà bien ceux dont le refuge est l’Enfer. Et quelle mauvaise destination ! À l’exception des impuissants : hommes, femmes et enfants, incapables de se débrouiller et de se frayer un chemin. »

Il est donc nécessaire à celui-ci, s’il en est capable, d’émigrer vers une terre d’Islam. Ainsi, l’amour du pays qu’il a déserté se détachera de son cœur et naîtra en lui le désir de vivre dans un pays musulman.

Quant au fait qu’il n’arrive pas à quitter une terre dans laquelle l’Islam et les musulmans sont combattus, pour la seule (et unique) raison que cet endroit est son pays d’origine, cela est illicite et il lui est interdit d’y résider. … »

Par ailleurs, il a été mis en évidence que :

« … proportionnellement au nombre des musulmans, le nombre de mosquées en Occident est plus grand que dans les pays islamiques. Par exemple il y a plus de mille mosquées en Grande-Bretagne, alors que le nombre de musulmans y vivant est environ de deux millions ! … »

Pratiques des « anti-islamophobes »

Pour enfumer l’Occident et recueillir l’adhésion des pays en voie de développement, les islamistes utilisent le barbarisme « islamophobie » :

  • en pratiquant des amalgames ;
  • en interdisant la liberté d’expression ;
  • en utilisant leurs propres phobies.

Rappel : l’amalgame est une association, combinaison de faits sans liens directs, permettant de créer des confusions, aux fins de manipulation.

Amalgame « islamophobie » et « racisme »

Les islamistes, les collabos, leurs séides et leurs franchisés font un amalgame entre le barbarisme « islamophobie » et le terme «racisme ».

Le racisme est le rejet d’une personne à cause de sa race. Or, les savants ont démontré qu’il n’y avait qu’une seule race : la race humaine. On voit mal comment les « savants » de l’islam, savants en tout mais compétents en rien, commettent cette erreur .

Le racisme avec son sens communément admis, mais étant avant tout une hiérarchisation de groupes humains en fonction de caractéristiques ethniques, est condamnable, et condamné dans le monde occidental.

Quand le barbarisme « islamophobie » est utilisé par ses promoteurs, il doit donc être considéré que l’islam, étant déjà une religion, serait aussi une race !

L’amalgame entre le barbarisme « islamophobie » et le terme racisme n’est qu’une manipulation dont la finalité est la tromperie des Occidentaux, celle-ci utilise leurs ressorts profonds de dégoût qu’ils ont pour toutes les idéologies aux relents nazis (socialistes-nationaux) ou soviétiques.

Amalgame « islamophobie » et « xénophobie »

Les islamistes, leurs séides et leurs franchisés font aussi un amalgame entre le barbarisme « islamophobie » et la «xénophobie ».

Si la xénophobie est le rejet d’une personne à cause de son appartenance à une autre nationalité … on voit mal comment les tenants du système-islamique commettent cette erreur. Dans notre pays, beaucoup de musulmans sont Français, donc par quelle construction mentale, par quel artifice tout à la fois logique, sémantique ferait que l’on puisse être « xénophobe » envers un Français ?

Quand le barbarisme « islamophobie » est utilisé par ses promoteurs, il doit donc être considéré que l’islam, déjà une religion et une race serait aussi une nationalité !

Ce n’est même plus de la manipulation, c’est de l’imbécillité (sottise, stupidité, manque d’intelligence) à l’état pur !

L’amalgame entre le barbarisme « islamophobie » et « xénophobie » n’est qu’un mensonge grossier dont la finalité est la manipulation des Occidentaux, celle-ci utilise leurs ressorts profonds de dégoût pour toutes les idéologies aux relents nazis (socialistes-nationaux) ou soviétiques.

Amalgame « blasphème » et liberté d’expression

Les islamistes manipulent le concept de « blasphème », dans le but de restreindre ou empêcher la liberté d’expression … chaque fois que des infidèles formulent des critiques à l’encontre de l’islam.

L’OCI fait régulièrement pression auprès de l’ONU, de l’UE, … pour imposer à tous les pays des lois contre le blasphème2 , ce qui reviendrait ni plus ni moins à imposer la loi islamique (charia) dans tous les pays, puisque l’ONU a une vocation universelle !

En y réfléchissant bien, de leur point de vue cela paraît logique : aborder un tel sujet amènerait à justifier bon nombre des propos tenus ou des actes commis par les islamistes, ce qui impliquerait qu’ils répondent à des questions pour le moins embarrassantes.

A noter, un événement important :

« …Lors de la 86e session plénière de l’Assemblée générale des Nations unies, le 15/12/2011, une résolution a été approuvée par consensus, sans vote qui, si elle condamnait l’intolérance religieuse, ne « forçait » plus les États à interdire la « diffamation envers les religions », cela aurait conduit à la mise en place de législations relatives au « blasphème » voulue par l’OCI.

La résolution approuvée stipule que « la discrimination fondée sur la religion ou la croyance constitue une violation des droits de l’homme »1. Elle exprime également la préoccupation de l’Assemblée générale au sujet de l’incitation à la haine religieuse et l’échec de certains États « à lutter contre cette tendance en plein essor »… »

Cela laisserait supposer que la position défendue par l’OCI ne soit pas si fondée que cela, et que l’amalgame entre « blasphème » et « liberté d’expression » soit quelque peu problématique.

Verrouillage de la liberté d’expression

Tel que présentée par les islamistes, les collabos, leurs séides, leurs franchisés le barbarisme « islamophobie » s’il avait quelque réalité et à la condition qu’il soit parfaitement défini, serait condamnable, plus particulièrement quand les actes associés seraient du vandalisme dans des cimetières, des lieux de culte ou des agressions contre des personnes en raison de leur appartenance supposée à une religion.

Ce que personne ne conteste.

Mais, alors que dans plusieurs pays islamiques, de tels actes ont eu lieu et continuent d’avoir lieu quasiment tous les jours, le barbarisme « islamophobie » continue d’être utilisé à tort et à travers. Il faut bien reconnaître que c’est le seul outil ayant quelque efficacité dont les islamistes disposent pour empêcher toute critique de l’islam, alors que leurs actes, leurs propos, leurs écrits sont contraires à l’esprit et à la lettre de la Démocratie et des Droits de l’Homme.

La dénonciation d’actes, propos relevant de la soi-disant « islamophobie » est indispensable aux islamistes pour établir, mettre en valeur leur situation de victimes, de martyrs.

Leur but étant :

  • dans un premier temps, de verrouiller toute liberté d’expression consistant à critiquer les aspects inacceptables du système-islamique et de ses déclinaisons, sachant qu’ils sont particulièrement nombreux ;
  • dans un deuxième temps, de justifier des réactions violentes « indispensables »3 aux sinistres projets conduisant à l’islamisation du monde libre, qui sont alors présentées comme des « actes défensifs ».

En même temps qu’ils tentent de museler tous ceux qui n’acceptent pas les diktats de toutes natures, que les islamistes voudraient imposer au monde occidental, ils omettent sciemment d’aborder des « sujets qui fâchent » : persécutions, humiliations, discriminations religieuses ou autres, perpétrées à l’encontre des infidèles dans leur propres pays. Il est utile de rappeler que bon nombre de ces actes de terreur sont non seulement en conformité totale avec la loi islamique (charia) mais aussi que cette dernière les prescrit. Ces différentes prescriptions étant reprises dans des avis religieux (fatwas) émis par des boute-feu illuminés et enturbannés.

Refusons d’employer leurs mots, la langue française est assez riche pour cela !

En refusant d’employer leurs mots, nous refusons leurs idées !

En refusant leurs idées nous refusons leur colonisation !

En refusant leur colonisation, nous les combattons !

 

1 Ceci ne constitue guère une avancée, puisque la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme stipule dans l’Article 18 « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites. »

1 Comme les « sergents recruteurs » des siècles passés. Mais ils ont remplacé « le pinard » et « la bibine », non autorisées, par les promesses de félicités dans l’au-delà, plus particulièrement dans le Coran sourate 44, versets 51 à 57.

2 Parole, discours outrageant à l’égard de la divinité, de la religion, de tout ce qui est considéré comme sacré. CNRTL.

3 Ne jamais oublier « qu’une révolution a toujours besoin de martyrs … Quand il n’y en a pas, on les fabrique !

 

Jean-François Cerisier

Prochain article (4/6) : Diffamations commises par les islamistes




http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 05/05/2016 11:30
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !