Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> L'islam, le plus grand mensonge de tous les temps (vidéos) [Application de la charia]





L'islam, le plus grand mensonge de tous les temps (vidéos)
#1

L'islam, le plus grand mensonge de tous les temps


https://www.youtube.com/watch?v=5SA63--qTgE

***

Le Grand Secret de l'Islam
et Les Trois Visages du Coran sur Radio Courtoisie

(28 décembre 2014)


https://www.youtube.com/watch?v=oXW_MxTspzc


Dans son Libre Journal des Auditeurs et des Musiciens, le 28 décembre 2014, Didier Rochard recevait Olaf, auteur du Grand Secret de l'Islam et Leila Qadr, auteur des Trois Visages du Coran, pour s'entretenir des derniers développements de la recherche sur les origines de l'islam.

- Télécharger gratuitement Le Grand Secret de l'Islam, ou commander le livre : http://legrandsecretdelislam.com

- Résumé en 8 pages du Grand Secret de l'Islam : à lire et télécharger librement depuis http://legrandsecretdelislam.com


- Sources nouvelles et bibliographie sélective au fondement des découvertes exposées dans le Grand Secret de l'Islam : à lire et télécharger librement depuis http://legrandsecretdelislam.com


- Commander Les 3 Visages du Coran : http://tinyurl.com/owtdc2m


- Site d'Edouard-Marie Gallez, où il actualise sa thèse : http://www.lemessieetsonprophete.com/


- Site d'EEChO : http://www.eecho.fr/ 

"L'islam au risque de l'histoire" 
Débat Olaf/Karim autour du Grand Secret de l'Islam


https://www.youtube.com/watch?v=N1BsWcrju1E


***

A lire aussi:

Loin du dogme, un livre décoiffant autopsie la mort de Mahomet
Les manuscrits du Yémen le confirment : le Coran a été trafiqué
Musulmans, votre coran est un bric-à-brac de plagiat
Les propriétés médicinales du crachat du prophète

Allah au service de Mahomet
Mais oui, l’islam est paix et les musulmans sont des victimes modérées
Les nombreuses preuves de l’imposture historique de l’islam
Je soupçonne Allah d’être juif israélien, et donc l’islam d’être une supercherie
Le Coran n’aime pas les femmes
Muhammad : le premier soldat d’Allah !
Le Coran à la lettre
L'islam comme mimétogonie - Radu Stoenescu
VIDEOS: Connaitre l'islam, le prophète Mohamet, et toute la haine de l'islam avec le Frère Rachid
Mécréants, kouffars, infidèles... voyez ce que l'islam de haine pense de vous !
La pédophilie en islam est un bienfait. Un oulama explique l'exemple du prophète
Le vrai musulman doit irriguer la terre tout entière du sang des non-musulmans
Vivre ensemble ? Liste des versets coraniques contre l'humanité

***

La VÉRITÉ scientifique sur le CORAN qui choque
les Musulmans (Professeur Sami Aldeeb)


https://www.youtube.com/watch?v=17HL2fhCl54

Le Coran par ordre chronologique arabe-français - Sami Aldeeb


Mahomet est-il l'auteur du Coran ? Prof Samy Aldeeb - L'origine judéo-nazaréenne du Coran

Pourquoi le Coran utilise-t-il le nom de ‘Îsâ pour celui de Yasû‘ (Jésus – équivalent arabe de l’hébreu Yešû‘a) utilisé par les chrétiens arabes depuis toujours? http://www.lemessieetsonprophete.com/...

Depuis qu’existe l’islamologie occidentale, les chercheurs se demandent pourquoi on trouve les consonnes ‘YSW pour le nom coranique de Jésus au lieu de YSW‘, comme si le ‘ayn final (‘) était passé devant. En effet, le texte coranique donne à lire ‘Îsâ, alors que les chrétiens arabes disent Yasû‘. Or, qu’une consonne passe de la quatrième à la première place est une évolution impossible. On est face à une impasse qu’aucune hypothèse ne parvenait à expliquer. À titre de remarque plus que d’hypothèse, Le messie et son prophète rapprochait l’incomplétude du nom de YSW (sans le «‘» final), de la réalisation non encore accomplie de la signification de ce nom – Yešû‘a voulant dire « Salut » ou « Il sauve » en hébreu, ce salut plénier devant encore arriver, selon la vue très messianiste qu’en avaient les « nazaréens ». Pour autant, le «‘» initial de ‘Îsâ n’était pas expliqué.
En fait, les auteurs montrent que la seule philologie – une discipline où le Professeur Manfred Kropp est une sommité autant du point de vue théorique que pratique dans le domaine sémitique – permet de rendre compte du passage de YSW‘ à ‘YSW, à condition de se placer au pur point de vue de la langue arabe parlée. Dans ce parler, on constate en effet la tendance “à ajouter un ‘ayn pour « arabiser » un terme emprunté. C’est toujours le cas aujourd’hui, par exemple avec ma‘karûna, emprunt de l’italien maccheroni” (p.184). Un tel point de vue n’avait été que peu envisagé jusqu’ici, peut-être parce que la recherche restait hypnotisée par l’idée du langage divin du Coran (Dieu appelant qui Il veut comme Il veut) ou par celle des supposés « polythéistes » arabes (évidemment supposés ne pas utiliser le nom de Jésus).
Pour illustrer les évolutions qui ont dû avoir lieu dans la prononciation populaire arabe, les auteurs s’appuient sur de nombreux exemples de « déformations » coraniques de noms propres (par exemple le syriaque Šlîmûn qui devient Sulaymân en arabe, le š devenant un s comme dans ‘Îsâ) – mais ils en donnent également hors du Coran et notent :
“Si l’on souhaite expliquer la forme ‘Îsâ en se fondant uniquement sur des éléments linguistiques, on constatera qu’il semble raisonnable de partir de la forme araméenne YSÛ‘, dont on voit qu’elle est représentée, dans les dialectes araméens de l’Antiquité tardive, de diverses manières, par exemple: ysw‘ en syriaque, vocalisé Yêšû‘ en syriaque occidental et Κô‘ en syriaque oriental (prononcé Κô, le ‘ayn final tombant dans la prononciation syriaque orientale)” (p.184).
En effet, il est “simple (et plausible) de partir de l’idée que la transmission est avant tout orale. Et là, à partir de la prononciation de Κô‘, c’est-à-dire Κô, les choses s’expliquent très facilement, comme l’avait bien vu FRAENKEL: a) chute du ‘ayn final dans la prononciation du mot araméen ; b) passage de –ô à –â ; c) passage de -š- à -s- ; d) ajout d’un ‘ayn à l’initiale […]
La question n’est pas tant le nombre de changements que la logique avec laquelle ils s’imposent – et ils apparaissent ici d’autant moins arbitraires qu’ils se retrouvent tous (mis à part la chute du ‘ayn final, qui dépend bien sûr du terme emprunté) dans un autre exemple, à savoir le nom de la ville d’Ascalon (Ashqelôn), souvent mentionnée dans la Bible (par exemple Amos 1,8). En effet, l’arabe ‘asqalân ou ‘asqulân doit être comparé au syriaque ’ašqalûn et à l’hébreu ’ašqelôn : on retrouve le passage de alif (’) à ‘ayn (‘) à l’initiale, tout comme ceux de -š- à -s- et de ô /û à â” (p.187).

***


A voir aussi et à partager massivement ;O)

La violence du coran

La vie et les propos haineux de Mohamet rapportés par les hadiths

Le grand secret de l'islam
(L'histoire cachée de l'islam révélée par la recherche historique)

Mépris, rejet, haine et discrimination des non-musulmans prêchés dans une mosquée

Déclaration islamique des droits de l'homme à la sauce "charia compatible

Convention européenne des droits de l'homme (FR)

 « Quelle politique de contre-radicalisation en France ? »

Coût annuel de l'invasion migratoire: 1 million immigrés = 90 Md€



 http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 27/08/2016 02:53
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !