Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Re : Musulmane, elle refuse d'être vue comme une femme-objet en portant le voile [Islamisation / Immigration / Endoctrinement / radicalisation]




« 1 2 (3) 4 »

Re : Musulmane, elle refuse d'être vue comme une femme-objet en portant le voile
#7

musulmane perle coquille

 

Egyptienne vivant en Grande-Bretagne, 14 ans (3 années avec le voile) (source)   

J’ai commencé à porter le foulard vers l’âge de 11 ans et je l’ai enlevé à 14 ans, même si j’ai cessé d’être religieuse vers 13 ans. À la mosquée, on m’avait expliqué pourquoi les musulmanes doivent porter le foulard. Une raison donnée par mon professeur à la mosquée, et que plusieurs musulmanes utilisent aujourd’hui, est qu’ "une femme voilée est comme une perle dans un coquillage : belle, et protégée". Mais ce n’était pas pour cette raison que je le portais. Je le portais parce que j’avais promis à mes parents de le porter en commençant l’école secondaire (vers 11 ans en Grande-Bretagne). Il n’y a pas d’autre raison.

voile hijab

À 12-13 ans, je me souviens d’être restée sur mon tapis de prière, après la prière, et d’avoir décidé de ne plus faire quoi que ce soit sans avoir fait mes propres recherches. Je ne croyais pas non plus que "une femme est comme une perle dans un coquillage : belle, et protégée" était une raison valable de porter le foulard, car cela suggère que la femme est un objet dépourvu de sentiments. Je ne vois pas la différence entre la femme qui exhibe son corps dans les vidéos de musique et la femme qui porte le foulard, car les deux sont vues comme des objets.

 

*****************************

 

La tradition des "Bacha Posh" en Afghanistan

bacha posh

"Bacha posh" signifie "habillée comme un garçon". C'est une pratique culturelle dans certaines parties de l'Afghanistan et du Pakistan où des familles qui n'ont pas eu de fils font le choix d'élever leur fille comme un garçon. Dans la tradition musulmane, les filles sont obligées de porter le voile et de rester à l'intérieur de la maison pour y apprendre tout ce qu'une femme doit savoir sur l'entretien du ménage, l'éducation des enfants et la cuisine. Mais le fait de les déguiser en garçon leur permet d'avoir plus de libertés, d'indépendance et de connaître une vie à l'extérieur du foyer. Elles peuvent ainsi par exemple se déplacer librement en public, aller à l'école, accompagner leurs sœurs dans des endroits où elles ne pourraient pas être sans un compagnon, faire les courses pour la famille, travailler ou faire du sport. La famille surmonte ainsi la honte à laquelle elle aurait dû faire face pour ne pas avoir eu de fils.

Si certaines filles se prêtent au jeu à contre coeur pour rendre service à leurs parents, d'autres font le choix de renoncer à leur identité féminine pour pouvoir jouir des privilèges des garçons et des hommes, loin du port du voile et loin des obligations inhérentes au fait d'être née femme.

 

 

"La perle et la coquille", un roman de Nadia Hashimi

la perle et la coquille

Etre "bacha posh" est interdit par l'islam car une femme doit toujours être couverte d'un hijab et voiler son corps.

Les musulmans disent de la femme qu'elle serait une perle de grande valeur qu'il faut protéger du regard des autres. Elle ne devrait donc pas être exposée. Voilée, elle est à l'abri du monde, des hommes, d'elle-même et elle sera "respectée". Elle est protégée comme la perle est protégée à l'intérieur de la coquille. La coquille préserve sa beauté, sa préciosité et donc sa valeur.

perle coquille islam

En réalité, la femme est vue comme la propriété de la famille, du père, du frère ou du mari, ce qui revient à la considérer comme une marchandise qui ne peut accéder à ses propres choix ou ses propres envies.

Dans son roman, Nadia Hashimi raconte les histoires de deux femmes avec le même lien de sang, séparées par un siècle d'histoires afghanes, mais qui partagent des destins similaires : violences domestiques, chagrin et abandon dans un contexte afghan. L'auteur y aborde le thème des "Bacha posh" à travers ses héroïnes (source). 

Le titre original de ce roman, paru en 2014, s'intitule en anglais "The Pearl that Broke Its Shell". Il signifie littéralement "La perle qui casse sa coquille". C'est un poème de Jalal ad -Dim Muhammad Rumi, poète persan du XIIIè siècle, qui a inspiré Nadia Hashimi (source).   

Notez que Nadia Hashimi vit avec sa famille dans la banlieue de Washington, où elle exerce le métier de pédiatre. Ses parents, tous les deux originaires d'Afghanistan, ont quitté le pays dans les années 1970 (source). 

Voici le message qu'elle a tenu à publier le 17 juin 2016 après avoir reçu "Le Prix des Lectrices 2016"...

 

 

A lire sur notre site

islam bacha posh

De l'extrême misogynie des musulmans à l'égard des femmes...La pudibonderie en cause   
La femme est parfois diabolisée, douée de pouvoirs surnaturels, au point qu'il faille la cacher sous une étoffe. Et pourtant, elle a besoin de la permission de son tuteur pour sortir de chez elle. Mais elle est aussi une perle qu'il faut à tout prix protéger jalousement du regard envieux des autres hommes...

La leçon de Hani Ramadan, le frère musulman de l'autre, contre l’islamophobie…
Hani Ramadan (le petit frère de Tariq) vient de dire devant une classe d’élèves suisses : "Une femme est comme une perle dans un coquillage. Si on la montre, elle crée des jalousies. Ici, la femme sans voile est comme une pièce de deux euros. Visible par tous, elle passe d’une main à l’autre."...

« Jacky au royaume des filles », une comédie qui fait porter la burqa aux hommes
Cette comédie ose inverser les rôles établis au sein de la communauté musulmane. Ici, ce sont les hommes qui sont obligés de porter la burqa et qui restent confinés dans les maisons tandis que les femmes agissent avec autorité...

 

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 18/11/2016 16:16
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Elle regrette d'avoir mis le voile... Avant, elle avait des rêves
#8

regret voile enlever

 

Etudiante musulmane, 17 ans (porte le voile depuis 2 mois) (source)   

J'ai 17 ans et je veux retirer mon voile. J'ai commencé à porter le voile il y a de cela 2 mois en lisant le coran. Et du jour au lendemain, j'ai porté le voile sans réfléchir aux conséquences... sans vraiment réfléchir. Et résultat : je regrette de l'avoir mis. Le pire dans tout cela, c'est que j'ai demandé à ma mère si je pouvais retirer le voile. Mais elle me dit toujours de ne pas lui parler de cela. Puis, elle commence à m'insulter alors que ce n'est pas grâce à elle que j'ai mis le voile. Je ne suis pas heureuse avec le voile. En plus, je n'avais même pas prévu de le mettre. Avant, j'avais des rêves comme aller dans des concerts. Avant, j'avais des rêves à accomplir. Mais depuis que je porte le voile, je suis complexée, je ne sors jamais, je me sens mal, et je n'aime plus mon corps. Svp...Dites-moi quoi faire parce que là, je suis vraiment perdue. Et je ne veux vraiment plus le porter. Pour l'instant, je continue à le porter juste pour ma famille. Et chaque fois la nuit, je pleure par regret de l'avoir mis. J'envisage vraiment de l'enlever, mais de le remettre à la fin de mes études et lorsque j'aurais un travail. En attendant, je vis dans le regret. En fait, j'ai peur des conséquence que cela aura sur ma mère si je l'enlève, surtout que ce n'est pas grâce à elle que je le mets, qu'elle fume et qu'elle met des perruques. Donc, je ne comprends vraiment pas pourquoi elle n'accepte pas mon choix.

 

***************************

 

Ce message ayant été laissé sur un forum, de nombreuses idées ont été formulées en vrac et dans le désordre. Je les ai rassemblées ci-dessous sous forme d'un texte fluide pour en faciliter la lecture.

Un choix immature qu'on peut regretter toute sa vie : Pour certaines filles le voile n'est qu'une mode passagère. On veut imiter ses copines et on le regrette plus tard. Selon moi, c'est un jeu... comme ces fillettes qui portaient les souliers à talons de leur maman. Or, certaines décisions peuvent régir toute ta vie. A partir de là, c'est toi qui vois.

regretter voile

Si j'étais dans ton état, je l'enlèverais immédiatement. Je ne pense pas que la religion doit pousser les gens à se sentir mal. Fais très attention car un jour tu pourrais prendre une décision avec laquelle tu ne pourras pas revenir en arrière. Cela ne sert à rien de le mettre si tu n'es pas sincère. Sur le fond, ce qui ne résulte pas d'une conviction est péché. Si tu fais les choses par contrainte, quel profit en tireras-tu ? Dieu n'est pas un homme pour se laisser abuser. Agis avec liberté et conviction. Si cela te rend malheureuse, enlève-le ! Fixe-toi l'objectif de faire le point dans quelques années. Parmi mes amies qui le portent, elles refusent que leurs filles fassent ce choix avant d'être totalement matures. Ta mère doit le comprendre. Cependant, je peux comprendre ce genre de réaction de ses parents, surtout s'ils sont "endoctrinés" par la tradition. Difficile de remettre en cause des faits établis par le clergé.

Profite de la vie tout en agissant de façon responsable : Ne réfléchis pas. Retire-le et fais ce qui te semble bon. Enlève-le et va à tes concerts. Jamais dans l'islam, il n'est dit qu'il faut pas profiter de la vie sur terre, ou de consacrer sa vie qu'à Dieu. C'est totalement faux. Réalise tes rêves parce que là tu vas gâcher ce qui pourrait être "les meilleures années de ta vie".

enlever foulard

Pourquoi se prendre la tête ? Il est temps de croquer la vie à belles dents sans faire de grosses bêtises et en essayant de t'instruire mieux sur l'islam, loin de l'ombre des intégristes. Ne pas porter le voile ne veut pas dire qu'on est mécréant et qu'on est contre Dieu. Il y a plein de filles pratiquantes qui font leur prières quotidiennes... mais ne portent pas le voile pour des raisons professionnelles. Ce n'est pas pour autant qu'elles ne sont pas de bonnes musulmanes. Ce n'est pas le voile qui fait la musulmane. Ce n'est pas l'habit qui fait le moine. Et ce n'est pas un bout de tissu qui vous ouvre les portes du saint paradis. Je connais des tas de jeunes filles qui portent le voile et qui se maquillent comme des voitures volées ! Ce sont nos bonnes actions, nos actions pures qui nous ouvrent les portes du paradis et rien d'autre ! À partir du moment où tu respectes les préceptes de l'Islam, tu n'as aucune contrainte. Tu peux très bien faire du sport, voyager, t'amuser autant que tu veux, faire des petites "soirées" entre copines etc.

Le coran n'oblige pas à se voiler les cheveux : Tu as raison de te poser des questions sur le voile car tout comme tu as peut-être pu le constater, il n'est nulle part fait mention du "voile sur les cheveux" dans le coran. C'est seulement dans la tradition que tu le trouveras. En effet, il n'y a pas d'ordre dans le Coran obligeant les femmes à porter un "voile" sur les cheveux. Aucun verset coranique ne t'oblige à te voiler la tête. Et nul verset ne prévoit de ce fait de châtiment pour l'avoir ôté.

foulard cheveux

Donc, ceux et celles qui te parlent de la voie de Dieu qui se ferme l'ont certainement rêvé ou l'ont "vu" après voir fumé un volume conséquent de stupéfiants. Il faut arrêter avec l'islam des cages d'escalier des cités. Celui-ci induit les gens en erreur en interprétant le coran dans un sens qui se base sur des traductions du coran ou de la sounna très loin d'être fiables. Par contre, la femme musulmane doit s'habiller avec pudeur. Si les versets du Coran restent, à dessein, vagues concernant les habits portés, c'est bien parce qu'il n'y a pas de vêtement "islamique", et que Dieu laisse le soin aux femmes, en fonction du lieu, de l'époque, de décider elles-mêmes quels vêtements elles veulent porter. Ce voile peut laisser entrevoir une frange, voire tes cheveux entiers... On s'en fout. Tout comme il peut bien les cacher en fonction de ton humeur. Mais ceci n'est qu'un détail, rien de religieux.

Le voile traditionnel devait avant tout cacher la poitrine dans le coran : Le voile qu'on met sur la tête était un simple accoutrement culturel qui était pratique, surtout avec la chaleur dans le pays. L'objet du voile mentionné dans le coran est de cacher l'ouverture qui laissait souvent la poitrine visible. L'objectif du verset n'est pas le voile. L'objectif est de couvrir la poitrine. Tout habit qui couvre les seins d'une femme fait l'affaire. Dieu a demandé de cacher la poitrine par simple mesure de sécurité, ni plus ni moins. Les cheveux ne sont pas concernés. On peut en effet mettre un voile sur la tête et avoir une bonne partie de ses cheveux découverts sans aucun problème.

cheveux musulmane

Qu'on voie les cheveux ou pas, ou même une partie (genre frange) n'est pas important et n'est pas mentionné dans le coran. La preuve que les femmes mettaient déjà le voile est dans le coran. En effet, le coran parlait de "leurs voiles", un accessoire préexistant... sauf qu'au lieu de le laisser trainer sur le dos tout en gardant la poitrine visible à cause de l'échancrure, autant l'utiliser pour se couvrir les seins. Cela prouve que Dieu ne cherche pas à changer les habitudes des gens. Les femmes ont gardé leurs habitudes vestimentaires à un détail près : utiliser un tissu qui faisait partie de leurs habits à couvrir leur poitrine.

 

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 18/11/2016 23:17
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Etudiante sérieuse, elle veut retirer son voile pour sortir de son isolement...et enfin avancer
#9

étudiante retirer hijab

 

Etudiante étrangère musulmane, venue en France (a commencé à porter le voile en France) (source)     

C'est à vous que je m'étais adressée quand j'étais mal dans ma vie d'avant où je ne pratiquais pas vraiment l'islam. Donc, c'est à vous que je vais encore m'adresser dans ma vie actuelle où j'essaye avec beaucoup de difficultés de pratiquer ma religion.

Je suis étudiante étrangère en France. Quand je suis venue ici, je ne pratiquais pas vraiment. Après avoir lu le coran suite à un conseil d'un internaute, je ne me suis jamais sentie aussi heureuse.

J'ai délaissé la musique. J'ai commencé à faire mes 5 prières et même celle du fajr (1). Je pleurais même dans ma prière et cette dernière était devenue un moment que j'attendais avec impatience. Ma soif d'apprendre s'est agrandie et j'ai lu beaucoup de livres et écouté beaucoup de dar (=?). J'ai regretté beaucoup de choses et j'ai décidé d'améliorer mon comportement et d'être plus gentille qu'avant.

J'ai mis le voile malgré le désaccord de mon père. Je porte le voile parce que j'ai lu le coran et que je me suis renseignée sur l'obligation du port du voile. J'en étais convaincue. Mon père a plusieurs fois essayé de me convaincre de l'enlever mais j'ai toujours refusé. J'étais prête à abandonner mes études s'il le fallait. Or, mon père tient tellement à nos études que ça lui briserait le coeur de me voir revenir et tout abandonner. Maintenant qu'il a accepté, j'ai envie d'enlever mon voile.

Aujourd'hui que je pratique, je me suis rendue compte que le voyage sans mahram (2) pour une femme était interdit, mais il est trop tard. Il est impossible pour moi de faire une mouqabala (3) car je n'ai pas de famille ici. Alors, pour mieux pratiquer ma religion, j'ai voulu me marier. Mais mon père refuse catégoriquement que je me marie avant la fin de mes études qui risquent de durer encore 5 ans. Il avance les arguments suivants : je suis trop jeune, je dois impérativement terminer mes études et avoir une situation stable avant de penser au mariage. Je lui en ai voulu et je me suis dit que je devrais peut-être faire des bêtises pour qu'il regrette cette injustice. Mais, Alhamdoulilah, ma foi et ma pudeur sont plus fortes que ma tristesse. Il paraît en effet que se marier sans l'avis de son père rend le mariage invalide.

J'aurais tellement aimé porter le jilbab (4), être mariée à un bon musulman qui suit le coran et la sunna et m'occuper de mon foyer. Mais cela semble être un rêve inaccessible. Pour être sincère, je me sens frustrée. Je voulais pratiquer ma religion comme certaines qui portent le jilbab et ont un foyer. Bref, des femmes qui aident les autres et fréquentent les mosquées. Je suis condamnée à rester célibataire encore longtemps, peut-être même à rester vieille fille.

voile salafiste

Pour moi, la religion est plus importante que tout. Je ne veux pas retirer mon voile. Cela me rend triste et Allah en est témoin, mais je n'ai pas choisi cette vie. On me l'impose et les conditions l'exigent. Si je ne vis pas encore comme les salafistes, c'est juste pour ne pas frustrer mon père qui tient beaucoup à ce que je réussisse. Que faire lorsque tu sais que faire abstraction de tout rendrait ta famille malheureuse ? Ne serait-il pas préférable de trouver le juste milieu et conserver les liens de parenté, en sachant qu'Allah n'aime pas qu'on fasse de la peine à nos parents.

Suite à mon changement, je me suis éloignée de certains amis musulmans non pratiquants et des non musulmans. Certains se sont eux-mêmes éloignés de moi. J'ai commencé à fréquenter des soeurs musulmanes mais je ne me suis jamais sentie aussi jugée. Je faisais un art martial mais j'ai dû abandonner car j'ai commencé à mettre le voile. Au niveau professionnel, je continue mes études. Mais, si jamais je ne crée pas ma propre entreprise plus tard, je peux dire à Dieu au travail ou au voile. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi, à chaque fois que je veux avancer, il y a un obstacle. Cet obstacle ne vient pas de moi, mais toujours des autres.

D'autre part, je vois des musulmanes, même avec le niqab, avoir un comportement franchement pas si bien (parler des autres, juger...etc). Certaines soeurs passent plus de temps à critiquer les autres qu'à améliorer leur comportement. J'ai donc fini aussi par m'éloigner d'elles. A part mes études, je n'ai plus d'activité, plus de vie sociale et voir des soeurs mariées, fiancées ou des filles avec leurs copains me serre le coeur. J'ai l'impression d'être seule au monde...que personne ne m'aime vraiment.

Pourtant, j'en ai des ambitions. C'est justement le fait de ne pas pouvoir les réaliser qui me rend triste. Il n'est pas possible de porter le jilbab à l'école. Et pas possible non plus de me marier car mon père tient à ce que je termine mes études avant. J'aurais aimé être étudiante mariée avec le jilbab, et plus tard toujours mariée avec des enfants et un travail. Mais pour le moment, on m'impose une autre vie : étudiante célibataire sans jilbab.

J'essaye toujours de mieux pratiquer mais c’est comme si mon destin ne voulait pas que je m’améliore. Jamais je ne délaisserai la prière, jamais je ne rentrerai dans les boîtes de nuit et jamais je ne baisserai ma pratique religieuse. Mais mon voile est comme une cage qui me sépare du monde, c'est comme si je ne vivais plus. Je veux juste le retirer pour voir si ma vie va changer, si ce sentiment détouffement et cette tristesse partiront.

Nul obéissance à la créature dans la désobéissance d'Allah. Mais, suis-je une mauvaise musulmane si je ne fais que retirer mon voile et continue à pratiquer ma religion selon le coran et la sunna ? Je me suis dit que je devrais peut-être juste mettre des vêtements amples et laisser tomber mes cheveux. Comme cela je passerais inaperçue dans la rue et dans mon école. Ne devrais-je pas m'habiller correctement, éviter la mixité et pratiquer ma religion sans porter ce foulard qui attire les regards ? Mais j'ai peur que cela soit une mauvaise décision. J’ai honte devant Allah et j’ai peur de sa colère.

 

(1) Fajr = prière de l'aube.

(2) Mahram = Homme dans l'islam, proche d'une femme avec laquelle il ne peut pas célébrer de mariage, selon la charia. Cette interdiction est établie en raison de liens de consanguinité, d'alliance ou d'allaitement.

(3) Mouqabala = Étape indispensable pour les musulmans désireux de se marier, la mouqabala c’est cette rencontre organisée entre un frère et une soeur (accompagnée évidemment). Confrontation sereine et encadrée, elle est l’alternative saine et licite à des moyens moins acceptables – voire tout à fait illicites – de faire connaissance avec cet autre, encore inconnu, qui pourrait devenir votre partenaire.

(4) Jilbab = Vêtement de la femme salafiste en forme de longue robe, couvrant les cheveux et tout le corps hormis les pieds et les mains (mais qui peut être porté avec des gants fins). Cet habit cache les formes de la femme, il est large et ample.

 

********************************

 

Plusieurs personnes ont répondu au message de cette jeune étudiante musulmane en lui donnant divers conseils pour éclaircir son problème. Pour en faciliter la lecture, j'ai regroupés ces conseils par thématique de sorte à obtenir un texte clair et fluide.

D'abord vivre avant tout... car tu es jeune : Vis ta vie en te sentant en adéquation avec toi-même. Tu sais que tu es jeune. Alors apprends, pas à pas... et vis également. Sois positive.

énergie jeunesse

La vie auprès de Dieu, ce n'est pas la souffrance intérieure. J'ai remarqué que c'est la souffrance à cause de notre vision de la religion qui nous éloigne de Dieu. Si c'est le cas, c'est qu'on s'est trompé quelque part dans notre quête. J'ai des amies musulmanes qui ne sont pas voilées et qui sont des musulmanes ouvertes au monde, à la vie et qui sont heureuses. Il faut juste que tu cherches une bonne alternative car la volonté est là. Mais c'est la bonne voie à suivre qui te manque. J'espère que tu trouveras la paix intérieure.

Tes "obligations religieuses" sont inspirées d'un masochisme inutile : Tu as l'air malheureuse et c'est dommage car je pense tu pourrais t'épanouir spirituellement si tu n'avais pas ce conflit intérieur. Allah n'est pas là pour être en colère contre toi. Tu n'as rien fait de mal. Pourquoi te juger ? Tu le dis toi-même... Tu as choisi d'abandonner des choses qui tu appréciais : la musique, tes amis... Cela fait beaucoup d'un seul coup. Est-ce que ça ne te manque pas ? La religion n'est ni souffrance ni jugement. C'est simple, chacun doit faire de son mieux. Pourquoi un simple tissu te traumatise-t-il à ce point ? Je sais le symbole que cela représente pour la religion, mais tu souffres pour quoi ? Je n'arrive pas à comprendre que ce soit le voile qui en soit la cause. Tu veux satisfaire Dieu ou bien satisfaire les gens ? Dieu ne t'a rien demandé, les gens si... La pression des voisins et de la famille est souvent plus forte que la "pression" de Dieu. De plus, même ta famille ne t'a rien demandé.

Ta vision de l'islam est sectariste : Tu penses à la meilleure des choses mais tu t'obstines à te renfermer dans un "extrémisme" qui fatigue encore plus ton esprit. Je ne sais pas de quel pays africain tu viens. Mais ceux que je connais (Mali ,Côte d'Ivoire, Cameroun, Bénin, Sénégal) sont pour la plupart très loin de l'extrémisme, même si une bonne partie d'entre eux (pour ne pas dire la quasi-totalité) est pratiquante. Tes problèmes ne sont pas liés au voile, mais à ta conception de l'Islam.

islam masochiste

On voit très bien que tu t'es trompée de chemin. Et c'est cela qui te cause tant de souffrances car ton esprit ne s'épanouit pas avec toutes les règles que tu t'es imposée. Pour certaines musulmanes, elles doivent mettre le niqab. Elles se déguisent donc en musulmanes. Mais à l'intérieur, ce n'est probablement pas ça. Le salafisme est loin d'être un idéal. Si tu cherches et que tu étudies bien ce courant religieux, tu verras beaucoup d'incohérences. Le groupe sauvé qui suit l'islam authentique n'est qu'un mythe.

En islam, être pudique est plus important que de porter le voile : La pudeur est une obligation, le voile est une interprétation. Dieu nous demande d'être humble et chaste, de ne pas chercher à attirer les regards ni à séduire ou provoquer les gens.

enlever voile pudeur

Pour moi, en France, le voile et le niqab ont l'effet contraire de ce pour quoi les femmes disent qu'elles les mettent. Beaucoup d'habits "occidentaux" sont amples et les personnes de toutes croyances confondues peuvent les porter. Le secret de l'habit "islamique" est la décence et la discrétion. Tu passeras inaperçue avec une robe longue et un simple t-shirt, alors que tout le monde te dévisagera si tu te balades en jilbab. Lequel des deux est en effet le plus "tape-à-l'oeil" ?

Le voile n'est pas inscrit dans le coran : Je crois que tu es sur la bonne voie. La première question à te poser sur le voile, c'est pourquoi tu le portes. Il n'y a aucune mention de voile sur la tête dans le Coran. Et nulle part dans le coran, il n'est demandé de se couvrir la tête. Le verset est clair et ne parle pas des cheveux. Quand le coran recommande une chose, elle doit avoir une utilité à notre époque. Tu dois chercher quelle est l'utilité du voile à notre époque. C'est quoi le but du voile ? Moi, je pense que s'habiller correctement est suffisant, et que "se couvrir les cheveux" n'est pas mentionné dans le coran.

Tu utilises la religion comme refuge à un manque d'ambitions et d'activités : Tu m'as l'air d'être en détresse sentimentale, ce qui t'a poussé à faire des choses déraisonnées comme faire le chantage d'arrêter tes études pour la religion, religion où tu as trouvé un refuge. Est-ce que tu as des ambitions ? Je crois que c'est ton problème. Tu n'en as pas. Du coup, tu t'enfermes dans une vision de femme au foyer, à la vie banale mais sécurisante, où l'homme ferait tout et toi tu t'occuperais du foyer.

voile secte

De quel genre sont tes ambitions ? Pour moi, les ambitions sont par exemple professionnelles ou sportives (sport de haut niveau, extrême etc...), voyager à travers le monde, c'est-à-dire quelque chose à long terme qui n'entre pas dans le cadre de la religion. Rester dans le cadre de la religion, ce ne serait qu'une application mécanique sans aucune volonté personnelle. Il y a beaucoup d'activités que les musulmans peuvent faire et qui contribueront à donner une très belle image de notre religion, une image saine de gens qui aiment faire du bien autour d'eux, s'amusent, visitent des endroits sympas, papotent avec les autres religions confondues autour d'un café etc, sans oublier leurs devoirs religieux. Crois-moi, tu seras plus respectée en agissant ainsi qu'en te baladant toujours avec un habit précis et sans aucun contact avec la société.

Les études n'ont jamais été faciles... Mais elles sont nécessaires : Je crois que ton père a raison. Cela doit être dur mais ton père ne veut probablement que ton bien. Tes études sont très importantes. C'est ta vie. Ton père veut que tu sois indépendante financièrement et que tu aies surtout une vie décente. Je le comprends. Il ne veut pas que tu sois à la merci d'un homme (au cas où il s'avère être un ***). Continue tes études, comme cela tu ne dépendras de personne, ni de ton mari. L'Islam ordonne aux musulmans et musulmanes d'approfondir leur science. La Oumma a besoin de gens compétents dans tous les domaines. Tu as envie de quelque chose d'idéal mais tu te rends compte que ce n'est pas si facile de l'avoir, ou en tout cas que cela prendra du temps. C'est frustrant mais il faut bien s'y faire. Tout ne dépend pas de nous. Et puis à 20 ans, ce n'est que le début. Cela dit, s'investir dans des activités plus légères peut aider... Tu faisais quoi comme art martial sans indiscrétion ? Et pourquoi ne pas reprendre la musique ?

Fonder sa famille n'est ni une urgence ni une priorité : Tu es encore jeune. Tu as la vie devant toi. Et à ce que je sache, on ne te punira pas pour ne pas t'être mariée. Le mariage cité dans le Coran n'est pas le mariage légal, mais le mariage islamique. En gros, des témoins, un imam et c'est bon. C'est un peu comme un pacs sans les aspects administratifs et légaux. Donc tu peux être en couple et ne pas être mariée. Tu auras le temps de fonder ta propre famille. Si tu as un mari et des bébés, cela va tout de suite être plus compliqué.

liberté voile

Te presser pour le mariage n'est peut-être pas la bonne chose à faire. Profites-en pour faire des activités diverses : randonnées, bénévolat, visite des trucs culturels (si tu aimes bien sur les monuments historiques, musées, théâtres). Apprends à faire la cuisine du monde ou des pâtisseries. Que sais-je...

 

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 21/11/2016 13:40
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !