Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> L’Islam et la violence [Application de la charia]





L’Islam et la violence
#1

l’Islam et la violence

Dans ce nouvel épisode de La Petite Histoire, Christopher Lannes présente les fondements de la loi islamique et les origines de l’islam. Des origines marquées par la violence et les conquêtes, constituant l’ADN d’une religion irréformable et indiscutable.

En ces temps troublés d’islamisation et d’attentats terroristes, nos médias et nos intellectuels se font un devoir de dissocier l’islam et le terrorisme, les musulmans « modérés » et les musulmans « radicaux », la religion et la violence…


https://www.youtube.com/watch?v=crK_uj5AKY

La petite histoire - TV Libertés

A lire aussi:

L'islam n'est pas une religion,
c'est une idéologie politique mortifère,
dangereuse pour la démocratie.

L'islam incite au meurtre, au viol, à l'esclavagisme, à la pédophilie, à la haine, ...
Il ordonne aux musulmans de conquérir les pays non-musulmans (Dar al-harb),
et de faire la guerre à tous les non-croyants, les juifs, les chrétiens, les apostats, les athées, les homos.
Ils sont en droit de pratiquer la taqqya, Càd. l'"art du mensonge islamique" pour se faire passer pour des brebis.
Il est vraiment "imbécile" de croire que c'est une "religion comme les autres".
Attention ! Les politiciens européïstes-mondialistes sont leurs complices ! De vrais traitres !

En voici quelques preuves:


Le djihad universel : La guerre mondiale de l’islam radical

Islam : les trois phases du djihad - (vidéo décrivant comment l'islam va conquérir l'occident)
La Valse à trois temps du djihad, par Olaf de Paris 
Eurabia : La planification de l'islamisation de l'Europe
(trahisons de vos élus "Extrémistes-Européïstes-Mondialistes")
L'islam c'est la peur !
Les Juifs sont les descendants des singes et des porcs
L’« islamophobie » et le jihad idéologique moderne
Selon la charia, le crime d'honneur n'entraîne pas de sanction
Islam: La valeur d'une femme comparée à celle d'un homme
Islam: Mentir (la taqiya et le kitman)
Le Lupanar d'Allah
La persécution des chrétiens par les Musulmans
Islam: De l'amitié entre musulmans et non musulmans
Islam: La conversion de force
Les combats de Mahomet: escarmouches, grandes batailles et... crimes de guerre ?
Islam: Le Mariage provisoire (prostitution)
Quelle édition du coran utiliser ? Par Philippe Jallade
L’islam, une erreur de l’humanité
Le voile islamique aux origines de l'islam et aujourd'hui
Islam: De l'esclavage
Islam: L'apostasie
Islam: Les attentats suicides (le martyre)
Islam: Battre son épouse
Islam: Lapider les personnes coupables d'adultère
Islam: Voler les autres
Islam - Briser les mythes de l’islam : La Mecque
Dix mesures pour limiter l'islamisation de l'Europe

Complices de l’islamisme: il faudra rendre des comptes un jour… (24 articles)

***

TOUT SAVOIR SUR LES DANGERS DE L'ISLAM

La menace mortelle de l'islam - Sami Aldeeb


Exclusif - En 1996, tous les pays arabes ont ratifié la charia ! (Sami Aldeeb 1)Le professeur Sami Aldeeb révèle que tous les pays arabes (membres de la Ligue Arabe) ont ratifié, en 1996, le Code Pénal Arabe Unifié, qui prévoit l'application totale de la Charia comme idéal à atteindre pour tous les pays signataires, y compris ceux considérés comme « modérés » (Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, etc.).

Cette ratification inouïe de la Charia par tous les pays arabes est intégralement passée sous silence par les dirigeants et les médias occidentaux, depuis 1996.

Les "bons" musulmans veulent appliquer la charia sur toute la planète (Sami Aldeeb 2)
Le professeur Sami Aldeeb explique la différence entre les "bons" musulmans (ceux qui veulent appliquer tout de suite la charia intégrale) et les "mauvais" musulmans (ceux qui veulent appliquer la charia par étapes), puis il explique, exemples à l'appui, que la volonté des "bons" musulmans est d'imposer la charia sur toute la planète.

Il n'y a pas de différence entre le modéré Averroès et l'Etat Islamique (Sami Aldeeb 3)
Le professeur Sami Aldeeb révèle que le philosophe musulman Averroès (XIIe siècle), présenté par les médias comme un philosophe modéré et éclairé, était aussi un juge islamique (cadi) qui a écrit un traité dans lequel il prône déjà toutes les punitions de la charia (amputations, lapidations, assassinats des apostats et des prisonniers, etc.), qui sont appliquées aujourd'hui par l'Etat Islamique ; il conclut en démontrant qu'on ne peut pas être à la fois musulman et éclairé, ni musulman et modéré.

Les musulmans "modérés" sont un danger potentiel pour tous les non-musulmans (Sami Aldeeb 4)
Le professeur Sami Aldeeb, prenant en exemple l'actualité et les crimes de l'Etat Islamique, démontre qu'un musulman "modéré" peut très facilement, d'un jour à l'autre, devenir un terroriste. Il avertit que les crimes barbares que l'Etat Islamique commet en ce moment en Irak et en Syrie auront lieu en France, si rien n'est fait pour lutter contre les imams et plus généralement contre l'islamisation.

La charia est un système totalitaire non abrogeable (Sami Aldeeb 5)
Le professeur Sami Aldeeb explique que la charia est un système totalitaire, non modifiable et non abrogeable, qui, à terme, selon l'islam, doit régner sur toute la planète.

C'est cette même charia que le Conseil Européen des Droits de l'Homme a déclaré incompatible avec la démocratie et les droits de l'homme, en février 2003.

Il faut couper les racines de l'islam (Sami Aldeeb 6)
Le professeur Sami Aldeeb décrit les deux parties de l'islam : les branches (lapidation, amputation des mains et des pieds, inégalités entre hommes et femmes, infériorité des non-musulmans, etc.) et les racines (le coran et Mahomet) -- et démontre que, pour mettre fin aux crimes de l'islam, il faut en couper les racines.

Personne n'ose dénoncer la colonisation islamique de la France (Sami Aldeeb 7)
Le professeur Sami Aldeeb explique que ni les universitaires, ni les responsables religieux, ni les dirigeants politiques n'ont le courage de dénoncer l'islamisation de la France, et déplore que personne n'informe la population française du danger mortel que l'islam représente.

Personne n'ose dénoncer la colonisation islamique de la France (Sami Aldeeb 7)
Le professeur Sami Aldeeb explique que ni les universitaires, ni les responsables religieux, ni les dirigeants politiques n'ont le courage de dénoncer l'islamisation de la France, et déplore que personne n'informe la population française du danger mortel que l'islam représente.

L'islamisme c'est l'islam, l'islam c'est l'islamisme (Sami Aldeeb 8)
Le professeur Sami Aldeeb démontre qu'il n'y a pas de différence entre islam et islamisme.
Décapiter des yézidis et des chrétiens, réduire les femmes en esclavage, dynamiter les Pyramides et le Sphinx, sont des actions conformes à l'islam, au coran et à Mahomet.

On ne peut pas laisser l'islam infecter la France (Sami Aldeeb 9)
Le professeur Sami Aldeeb explique que l'islam est un virus, qui menace d'infecter les pays occidentaux. Pour lutter contre ce virus, pour protéger les citoyens occidentaux mais aussi les musulmans contre ce fléau, il faut interdire la charia et dire enfin toute la vérité sur l'idéologie totalitaire et criminelle qu'est l'islam.

17 fois par jour, les musulmans prient contre les chrétiens et les juifs ! (Sami Aldeeb 10)
Le professeur Sami Aldeeb explique que, 17 fois par jour, les musulmans pratiquants récitent la Fatiha (premier chapitre du coran), qui contient des paroles de haine envers les chrétiens et les juifs. Pour sa démonstration, Sami Aldeeb se réfère à l'interprétation de Mahomet, du coran et de 88 exégètes musulmans de toutes les époques, jusqu'à aujourd'hui. Après avoir vu cette vidéo, personne ne pourra nier que les musulmans sont élevés dans la haine des chrétiens et des juifs.

Comment les musulmans nous mentent - La Taqiya (Sami Aldeeb 11)
Le professeur Sami Aldeeb décrit la Taqiya, cette doctrine musulmane de la dissimulation qui autorise, voire oblige, les musulmans à mentir aux non-musulmans. Il explique comment elle sert aux musulmans à conquérir, tranche après tranche, nos pays occidentaux -- et pourquoi les musulmans ne peuvent pas s'intégrer chez nous.


Interviews de Guy Sauvage - Riposte Laique

***

Application de la charia
Conflits / Chocs des cultures / Racisme anti-blancs 
Islamisation / Immigration / Endoctrinement / radicalisation
Dangers d'islam
Halal - Bien être animal


Vie, propos, meurtres et barbarie du prophète Mohamed rapporté par des "hadith"


***

Articles de Jean-Francois Merisier

Auteur du livre: "Guerre à l'Occident, Guerre en Occident"

Guerre à l'Occident, guerre en Occident - Jean-Francois Cerisier

France en guerre : 1 – La guerre au XXIe siècle, ce qu’elle est
France en guerre : 2 – Doctrines de la guerre faite par les islamistes
France en guerre : 3/1 – La guerre faite à la France est une guerre totale
France en guerre : 3/2 – La guerre faite à la France est une guerre totale
France en guerre : 4 – La guerre faite à la France est de nature asymétrique !
France en guerre : 5 – La guerre faite à la France est de type révolutionnaire (1/9)
France en guerre : 5 – La guerre faite à la France est de type révolutionnaire (2/9)
France en guerre : 5 – La guerre faite à la France est de type révolutionnaire (3/9)
France en guerre : 5 – La guerre faite à la France est de type révolutionnaire (4/9)
France en guerre : 5 – La guerre faite à la France est de type révolutionnaire (5/9)
France en guerre : 5 – La guerre faite à la France est de type révolutionnaire (6/9)
France en guerre : 5 – La guerre faite à la France est de type révolutionnaire (7/9)
France en guerre : 5 – La guerre faite à la France est de type révolutionnaire (8/9)
France en guerre : 5 – La guerre faite à la France est de type révolutionnaire (9/9)
France en guerre : 6 – La guerre faite à la France utilise le mode subversif (1/4)
France en guerre : 6 – La guerre faite à la France utilise le mode subversif (2/4)
France en guerre : 6 – La guerre faite à la France utilise le mode subversif (3/4)
France en guerre : 6 – La guerre faite à la France utilise le mode subversif (4/4) 

Jean-Yves Le Gallou - Immigration, la catastrophe -  que faire
Jean-Yves Le Gallou - Immigration - La catastrophe - Que Faire ?


Commentaires et chiffres relatifs à l’immigration de conquête (1/4)
Commentaires et chiffres relatifs à l’immigration de conquête (2/4)
Commentaires et chiffres relatifs à l’immigration de conquête (3/4) 
Commentaires et chiffres relatifs à l’immigration de conquête (4/4)

***

Quelques citations sur l’islam

Carl-Gustav Jung (1875-1961) :

« La religion d’Hitler est la plus proche qui soit de l’islamisme, réaliste, terrestre, promettant le maximum de récompenses dans cette vie, mais avec ce Walhalla façon musulmane avec lequel les Allemands méritoires peuvent entrer et continuer à goûter le plaisir. Comme l’islamisme, elle prêche la vertu de l’épée. »

Hermann von Keyserling (1880-1946) :

« Je fus impressionné par la parenté du national-socialisme avec l’islam et cette impression n’a fait que se préciser et s’affermir depuis. »

Montaigne (1533-1592) :

« […] quand Mahomet promet aux siens un paradis tapissé, paré d’or et de pierrerie, peuplé de garçes d’excellente beauté, de vins et de vivres singuliers, je vois bien que ce sont des moqueurs qui se plient à notre bêtise pour nous emmiéler et attirer par ces opinons et espérances, convenables à notre mortel appétit. » (Essais, II, xii, page 518)

Bossuet (1627-1704) :

« L’islam! Cette religion monstrueuse a pour toute raison son ignorance, pour toute persuasion sa violence et sa tyrannie, pour tout miracle ses armes, qui font trembler le monde et rétablissent par force l’empire de Satan dans tout l’univers. »

Montesquieu (1689-1755) :

« C’est un malheur pour la nature humaine, lorsque la religion est donnée par un conquérant. La religion mahométane, qui ne parle que de glaive, agit encore sur les hommes avec cet esprit destructeur qui l’a fondée. »

« La religion des Guèbres (Zoroastriens) rendit autrefois le royaume de Perse florissant ; elle corrigea les mauvais effets du despotisme : la religion mahométane détruit aujourd’hui ce même empire. »

« Pendant que les princes mahométans donnent sans cesse la mort ou la reçoivent, la religion, chez les chrétiens, rend les princes moins timides, et par conséquent moins cruels. […] Sur le caractère de la religion chrétienne et celui de la mahométane, on doit, sans autre examen, embrasser l’une et rejeter l’autre : car il nous est bien plus évident qu’une religion doit adoucir les mœurs des hommes, qu’il ne l’est qu’une religion soit vraie. C’est un malheur pour la nature humaine, lorsque la religion est donnée par un conquérant. La religion mahométane, qui ne parle que de glaive, agit encore sur les hommes avec cet esprit destructeur qui l’a fondée. […] La religion des Guèbres rendit autrefois le royaume de Perse florissant ; elle corrigea les mauvais effets du despotisme : la religion mahométane détruit aujourd’hui ce même empire. »
De l’Esprit des lois, 1748, livre XXIV, chapitres 3, 4 et 11.

Voltaire (1694-1778) :

« Mahomet le fanatique, le cruel, le fourbe, et, à la honte des hommes, le grand, qui de garçon marchand devient prophète, législateur et monarque. »

« Il est à croire que Mahomet, comme tous les enthousiastes, violemment frappé de ses idées, les débita d’abord de bonne foi, les fortifia par des rêveries, se trompa lui-même en trompant les autres, et appuya enfin, par des fourberies nécessaires, une doctrine qu’il croyait bonne. »

Claude Adrien Helvétius (1715-1771) :

« Mahomet, simple courtier d’Arabie, sans lettres, sans éducation, et dupe lui-même en partie du fanatisme qu’il inspirait, avait été forcé, pour composer le médiocre et ridicule ouvrage nommé al-koran, d’avoir recours à quelques moines grecs. Or, comment, dans un tel homme, ne pas reconnaître l’ouvrage du hasard qui le place dans le temps et les circonstances où devait s’opérer la révolution à laquelle cet homme hardi ne fit guère que prêter son nom ? »

D’Alembert (1717-1783) :

« Les imams et les muphtis de toutes les sectes me paraissent plus faits qu’on ne croit pour s’entendre; leur but commun est de subjuguer, par la superstition, la pauvre espèce humaine. »

Condorcet (1743-1794) :

« La religion de Mahomet, la plus simple dans ses dogmes, (…) semble condamner à un esclavage éternel, à une incurable stupidité, toute cette vaste portion de la terre où elle a étendu son empire »

Chateaubriand (1768-1848) :

« Tous les germes de la destruction sociale sont dans la religion de Mahomet. »

Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1770-1831) :

« Le plus grand mérite pourtant est de mourir pour la foi, et celui qui meurt pour elle en bataille, est sûr d’entrer au paradis. »

Arthur Schopenhauer (1788 -1860) :

« Le Coran, ce méchant livre, a suffi pour fonder une grande religion, satisfaire pendant 1200 ans le besoin métaphysique de plusieurs millions d’hommes ; il a donné un fondement à leur morale, leur a inspiré un singulier mépris de la mort et un enthousiasme capable d’affronter des guerres sanglantes, et d’entreprendre les plus vastes conquêtes. Or nous y trouvons la plus triste et la plus pauvre forme du théisme.(.) je n’ai pu y découvrir une seule idée un peu profonde. »

Alfred de Vigny (1797-1863) :

« Si l’on préfère la vie à la mort on doit préférer la civilisation à la barbarie. L’islamisme est le culte le plus immobile et le plus obstiné, il faut bien que les peuples qui le professent périssent s’ils ne changent de culte. »

Alexis de Tocqueville (1805-1859) :

« L’islam, c’est la polygamie, la séquestration des femmes, l’absence de toute vie publique, un gouvernement tyrannique et ombrageux qui force de cacher sa vie et rejette toutes les affections du cour du côté de l’intérieur de la famille. »

« J’ai beaucoup étudié le Coran (…) Je vous avoue que je suis sorti de cette étude avec la conviction qu’il y avait eu dans le monde, à tout prendre, peu de religions aussi funestes aux hommes que celle de Mahomet. Elle est, à mon sens, la principale cause de la décadence aujourd’hui si visible du monde musulman (…) je la regarde comme une décadence plutôt que comme un progrès. »

« Celui qui prétend être le prophète d’Allah devrait avoir des lettres de créances, c’est-à-dire la prophétie, les miracles et l’intégrité de l’ensemble de sa vie. Rien de tout cela ne se trouve chez Mahomet, cet homme de pillage et de sang qui prêche sa doctrine à coup de cimeterre, en promenant la mort sur un tiers du globe alors connu. »
(Monseigneur Louis Pavy – Évêque d’Alger / 1805-1866)

« Je demande, au nom de l’humanité, à ce qu’on broie la Pierre-Noire, pour en jeter les cendres au vent, à ce qu’on détruise la Mecque, et que l’on souille la tombe de Mahomet. Ce serait le moyen de démoraliser le Fanatisme. »
(Gustave Flaubert / 1821-1880)

« L’islam est contraire à l’esprit scientifique, hostile au progrès ; il a fait des pays qu’il a conquis un champ fermé à la culture rationnelle de l’esprit. »
(Joseph Ernest Renan / 1823-1892)

« Mahomet nous apparaît comme un homme doux, sensible, fidèle, exempt de haine (…) Rien de moins ressemblant à cet ambitieux machiavélique et sans cour. »
(Joseph Ernest Renan / 1823-1892)

« Toute sa conduite dément le caractère entreprenant, audacieux, qu’on est convenu de lui attribuer. Il se montre habituellement faible, irrésolu, peu sûr de lui-même. M. Weil va jusqu’à le traiter de poltron ; il est certain qu’en général il avançait timidement et résistait presque toujours à l’entraînement de ceux qui l’accompagnaient. Ses précautions dans les batailles étaient peu dignes d’un prophète. »
(Joseph Ernest Renan / 1823-1892)

« Le plus mauvais état social, à ce point de vue, c’est l’état théocratique, comme l’islamisme et l’ancien Etat pontifical, où le dogme règne directement d’une manière absolue. »
(Joseph Ernest Renan / 1823-1892)

« L’islamisme ne peut exister que comme religion officielle; quand on le réduira à l’état de religion libre et individuelle, il périra. L’islamisme n’est pas seulement une religion d’État, (…) c’est la religion excluant l’État… »
(Joseph Ernest Renan / 1823-1892)

« Là est la guerre éternelle, la guerre qui ne cessera que quand le dernier fils d’Ismaël sera mort de misère ou aura été relégué par la terreur au fond du désert. L’Islam est la plus complète négation de l’Europe; l’Islam est le fanatisme »
(Joseph Ernest Renan / 1823-1892)

« L’Islam est le dédain de la science, la suppression de la société civile; c’est l’épouvantable simplicité de l’esprit sémitique, rétrécissant le cerveau humain, le fermant à toute idée délicate, à tout sentiment fin, à toute recherche rationnelle, pour le mettre en face d’une éternelle tautologie : Dieu est Dieu… »
(Joseph Ernest Renan / 1823-1892)

« Du fond de son tombeau, l’ombre du prophète règne en souveraine sur ces millions de croyants qui peuplent l’Afrique et l’Asie, du Maroc jusqu’à la Chine, de la Méditerranée à l’Equateur. »
(Gustave Le Bon / 1841-1931)

« Des musulmans peuvent-ils être vraiment Français ? (…) d’une manière générale, non (…) Dans cette foi le musulman regarde l’islam comme sa vraie patrie et les peuples non-musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman ou ses descendants ; s’il est soumis à une nation non-musulmane, c’est une épreuve passagère ; sa foi l’assure qu’il en sortira et triomphera à son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti ; la sagesse l’engage à subir avec calme son épreuve. »
(Charles de Foucauld / 1858-1916)

« C’est au nom de Dieu qu’on se battra. Et comment en serait-il autrement, du moment que chaque religion prétend au monopole de la vérité révélée ? C’est ainsi que les religions, chacune prétendant unir tous les hommes, les divisent. Chacune prétend être la seule à posséder la Vérité. La raison est commune à tous les hommes, et s’oppose à la religion, aux religions. »
(André Gide / 1869-1951)

« L’influence de cette religion paralyse le développement social de ses fidèles (…) Il n’existe pas de plus puissante force rétrograde dans le monde (…) Si la Chrétienté n’était protégée par les bras puissants de la Science, la civilisation de l’Europe moderne pourrait tomber, comme tomba celle de la Rome antique. »
(Winston Churchill / 1874-1965)

« Mais pourquoi nos femmes s’affublent-elles encore d’un voile pour se masquer le visage, et se détournent-elles à la vue d’un homme ? Cela est-il digne d’un peuple civilisé ? Camarades, nos femmes ne sont-elles pas des êtres humains, doués de raison comme nous ? Qu’elles montrent leur face sans crainte, et que leurs yeux n’aient pas peur de regarder le monde ! Une nation avide de progrès ne saurait ignorer la moitié de son peuple ! »
(Mustapha Kémal Atatürk / Premier président de la république turque 1881-1938)

« Vous venez me parler des avantages que nous a valu notre conversion à l’Islam, et moi je vous dis : regardez ce qu’elle nous a coutée ! »
(Mustapha Kémal Atatürk / Premier président de la république turque 1881-1938)

« L’islam, cette théologie absurde d’un bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies. »
(Mustapha Kémal Atatürk / Premier président de la république turque 1881-1938)

« Les musulmans ne sont pas français, ceux qui prônent l’intégration, ont une cervelle de colibri. »
(Charles de Gaulle / 1890-1970)

« Les tentatives pour islamiser les pays occidentaux ne doivent pas être dissimulées. La menace que cela fait peser sur l’identité de l’Europe ne devrait pas être ignorée sous prétexte de respect mal placé. »
(Gänswein George / secrétaire particulier de Benoit XVI)

« Des millions d’hommes quitterons l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Ils n’iront pas en tant qu’amis. Ils iront pour le conquérir, et ils le feront en le peuplant avec leurs fils. C’est le ventre fécond de nos femmes qui nous donnera la victoire. »
(Houari Boumedienne – Conférence islamique de 1974)

« Les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques, les minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats. »
(Erdogan – Premier Ministre de Turquie)

« C’est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique. Sousestimée par la plupart de nos contemporains, cette montée de l’islam est analogiquement comparable aux débuts du communisme du temps de Lénine.

Les conséquences de ce phénomène sont encore imprévisibles. A l’origine de la révolution marxiste, on croyait pouvoir endiguer le courant par des solutions partielles. Ni le christianisme, ni les organisations patronales ou ouvrières n’ont trouvé la réponse. De même aujourd’hui, le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le problème de l’islam.

En théorie, la solution paraît d’ailleurs extrêmement difficile. Peut-être serait-elle possible en pratique si, pour nous borner à l’aspect français de la question, celle-ci était pensée et appliquée par un véritable homme d’Etat.

Les données actuelles du problème portent à croire que des formes variées de dictature musulmane vont s’établir successivement à travers le monde arabe. Quand je dis «musulmane» je pense moins aux structures religieuses qu’aux structures temporelles découlant de la doctrine de Mahomet.

Peut-être des solutions partielles auraient-elles suffi à endiguer le courant de l’islam, si elles avaient été appliquées à temps. Actuellement, il est trop tard ! Les «misérables» ont d’ailleurs peu à perdre. Ils préféreront conserver leur misère à l’intérieur d’une communauté musulmane. Leur sort sans doute restera inchangé. Nous avons d’eux une conception trop occidentale.

Aux bienfaits que nous prétendons pouvoir leur apporter, ils préféreront l’avenir de leur race.

L’Afrique noire ne restera pas longtemps insensible à ce processus. Tout ce que nous pouvons faire, c’est prendre conscience de la gravité du phénomène et tenter d’en retarder l’évolution. »

André Malraux, 3 juin 1956.

(Sources : Dreuz et Athéisme).

***

A voir aussi et à partager massivement ;O)

Document officiel de l'Arabie Saoudite (ISESCO) qui dénonce
l'expansion de l'idéologie islamiste dans toute l'Europe
grâce à la complicité et la haute trahison des politiciens mondialistes

Déclaration islamique des droits de l'homme à la sauce "charia compatible"

La violence du coran

La vie et les propos haineux de Mohamet rapportés par les hadiths

Le grand secret de l'islam
(L'histoire cachée de l'islam révélée par la recherche historique)

Mépris, rejet, haine et discrimination des non-musulmans prêchés dans une mosquée

Convention européenne des droits de l'homme (FR)

 « Quelle politique de contre-radicalisation en France ? »

Coût annuel de l'invasion migratoire: 1 million immigrés = 90 Md€

Les mosquées sont nos CASERNES,
Les minarets nos BAÏONNETTES,
Les dômes nos CASQUES
Et les croyants nos SOLDATS.

Nous vous CONQUERRONS par vos valeurs démocratiques,
Nous vous dominerons par nos valeurs musulmanes.

Erdogan - Président de la Turquie
( Dire que l'Europe des traitres veut faire entrer la Turquie dans l'UE)

«Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l&rsqu


Publié le: 08/01 15:41
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : La violence est au coeur de l’islam
#2

La violence est au coeur de l’islam

Pour les dhimmis du CRIF un texte qui devrait les faire réfléchir;

Par Albert Soued, écrivain et journaliste

De nombreux médias occidentaux, surtout français, analysent mal ou d’une manière partisane les causes de la violence musulmane aussi bien en Israël que dans le monde.
Cette violence musulmane qui s’accentue d’année en année risque de nous mener vers un conflit général difficile à maîtriser.

Dans une précédente analyse nous avons essayé de mesurer l’impact économique et financier de cette violence qui dépasse largement « la violence normale » .

Les Musulmans interviennent pour 40% à 50% du coût total de la violence, 15000 milliards $/an, soit un supplément dû à cette culture, allant de 3000 à 4500 milliards $/an. De quoi nourrir tous les affamés de la planète…

On compte une centaine de pays où l’Islam est impliqué dans des conflits meurtriers.

Et il est aussi inutile qu’illusoire que de mettre en exergue le seul conflit arabo-israélien. Mais c’est l’habitude facile, ancestrale et primitive de jeter sa morgue sur le même « bouc émissaire ».

Il y a 15 ans déjà, un historien spécialiste Bernard Lewis se posait la question « Qu’est ce qui a échoué en Islam ? »

En fait la violence provient d’une culture et de traditions qui rejettent aussi bien la femme que la féminité, le faible, le moins-disant , de même que le libre arbitre, la modernité etc… Et qui créent un être frustré et humilié, dans la famille, la société et la nation, cherchant à exprimer sa rancoeur par tout moyen.
Il y a une douzaine d’années lors d’une conférence, j’avais espéré que les modérés en Islam parviendraient à réformer leur religion ou du moins à imposer une culture moins violente
Peine perdue. Michael Graham (Jewish World Review du 28 Juillet 2005) résume la situation:   »

« Je ne prends aucun plaisir à le dire. Cela me peine de le penser. Je pourrais bien perdre mon travail dans mon émission de radio en l’admettant. Mais c’est la pure vérité, l’Islam est une organisation de terreur. Pendant des années, j’ai essayé de laisser le bénéfice du doute à la communauté musulmane dans le monde, avec le bénéfice de mon désintérêt complet, typiquement américain, pour leur foi »

Il est vrai que l’Islam confronté à la modernité est comme devant un mur qu’il ne peut surmonter sans se réformer et, de ce fait, par certains côtés, sans se déformer et se déjuger.

 

L’Islam est face à son avenir déjà depuis deux ou trois siècles et à chaque occasion qui se présentait pour se réformer devant l’évolution du monde, il a fait machine arrière.

Aujourd’hui l’Islam dit intégriste a le vent en poupe car, mêlé à l’Occident depuis déjà plus de 80 ans, il a compris plusieurs choses.

D’abord qu’il risquait de perdre son âme et sa puissance s’il s’adaptait aux valeurs occidentales de liberté, de libre-arbitre et de droits de la femme.

Ensuite voyant que sur le plan spirituel et moral il n’avait rien à envier à l’Occident, il a mis en avant, en les exagérant, ses propres valeurs qui n’ont pourtant rien de mirobolant.

Et puis par un magistral retour aux sources, il a trouvé l’inspiration dans les objectifs des pères fondateurs de l’Islam, conquérir le monde par le vrai jihad, reconstituer la nation-mère, la oumma, et installer de nouveau le califat perdu en 1923. Çà c’est un programme alléchant pour des populations frustrées et en attente.
On leur promet de dépecer l’Occident une fois celui-ci conquis démocratiquement, par le nombre.

Interview de Serge Trifkovic, journaliste au magazine Us News and World Report:

« On doit donc poser des questions précises aux Musulmans sur ces massacres, viols, esclavages, nettoyages ethniques, génocides au nom d’Allah et de l’Islam.
Ainsi de nombreux commandements de l’Islam et les comportements de Mohamed sont criminels et condamnables, même selon les règles et les normes du 7ème siècle.

Ils étaient déjà considérés comme répugnants par les contemporains de Mohamed.

Les « visions et les révélations » reçues ne peuvent justifier de tels actes, en contradiction avec le code moral en vigueur à cette époque.

Rien ne justifie d’attaquer des caravanes pendant un mois sacré (où les gens sont sans défense), de prendre les armes contre ses propres frères, de massacrer les prisonniers, de garder la part du lion dans les butins, de tuer les gens sans provocation, de violer les traités conclus, de s’adonner à une sexualité perverse et de narguer la morale en vigueur.

Ce comportement reste unique dans l’histoire des religions et surtout l’ordre d’Allah « de tuer les non croyants là où on les trouve », injonction puissante et non ambiguë.

« Quand tu dois détruire une population, alors détruis-la complètement » (17/16-17) et « ceux qui nous désobéissent, nous les détruirons totalement »(21/11) sont des appels directs et clairs au génocide totalitaire.

La fin du jihad n’est possible que « lorsque prévaudra la justice et la foi en Allah » (2/193). Ainsi tout univers est illégitime en dehors de l’Islam. » 

La revendication de cette religion, que les mots et les actes du prophète Mohamed sont les seules normes de moralité valables, pour tous les hommes et en tout temps, est la source de la majorité des conflits que nous vivons actuellement dans le monde.

Dr Tawfiq Hamid, ex-membre de l’organisation terroriste Jamea’h al Islamyah, aujourd’hui médecin vivant en Occident, initiateur d’un mouvement réformé:

« Ces (Européens) progressistes donnent comme argument la nécessité d’aller à la racine des problèmes. D’accord. Le terrorisme est la manifestation d’un malaise et n’est pas le malaise lui-même. Mais les racines du terrorisme ne sont pas celles auxquelles pensent ces progressistes. Je suis un ancien membre de la Jamea’h al Islamyah, un groupe dirigé par Ayman al Zawahiri, n°2 d’al Qaeda. Je peux vous garantir que l’enseignement inhumain de l’idéologie islamiste peut transformer un esprit ouvert en un terroriste. Et on ne peut combattre le terrorisme musulman sans aller aux racines idéologiques de l’Islam radical. Et la principale racine de la terreur a comme nom le « salafisme », une version ultra-conservatrice et violente de la religion.
Il est vital de comprendre que le courant traditionnel et même principal de l’enseignement islamique accepte et encourage la violence.

Ainsi la Shariah permet le meurtre des apostats, la frappe des femmes pour les discipliner, le prosélytisme et la conversion des non-Musulmans par la guerre ou leur protection comme dhimmis, citoyens inférieurs.

Notre loi islamique exhorte tout croyant à exterminer les Juifs, avant la Fin des Jours. Le silence assourdissant de la majorité des Musulmans devant ces pratiques barbares est le témoignage évident qu’il y a une erreur à la base.
Le monde islamique est vraiment dans une situation difficile.

On n’a pas d’interprétation du Coran rigoureuse sur le plan théologique qui puisse clairement défier les abus de la Shariah.

Ainsi une branche tolérante de l’Islam comme le soufisme ne fournit pas la base théologique essentielle qui puisse annuler les proclamations cruelles du groupe salafiste. Ainsi depuis plus de 20 ans j’essaie de développer une théologie rigoureuse de l’Islam qui enseigne la paix.
Cependant, il est ironique et décourageant de constater que des intellectuels Occidentaux non-Musulmans – qui soi-disant soutiennent les droits de l’homme – sont devenus des obstacles à la réforme de l’Islam.

L’ »islamiquement correct » en Occident est devenu un mur contre la critique d’une Shariah inhumaine.

Ces Occidentaux trouvent des excuses au terrorisme islamique comme la pauvreté, le colonialisme, la discrimination ou la création d’Israël.

Alors quelle incitation les Musulmans ont-ils pour demander la réforme, alors que des Occidentaux dits « progressistes » ouvrent la voie d’un Islam barbare ?

Si le problème n’est pas la croyance religieuse comme ceux-ci le disent, alors pourquoi les Chrétiens qui vivent en milieu arabo-musulman, dans les mêmes conditions que les Musulmans ne se livrent pas à des campagnes de terreur à grande échelle?
De même, des politiciens et des Universitaires Occidentaux ont adopté le refrain que l’extrémisme islamique serait né du conflit israélo-arabe. Cette analyse ne convainc aucun esprit rationnel: le meurtre de 150 000 innocents en Algérie ou l’assassinat de centaines de bouddhistes en Thailande, ou la violence inouïe entre shiites et sunnites en Irak ont-ils un rapport quelconque avec le conflit israélo-arabe ?

René Marchand, éminent islamologue français issu de l’École nationale des langues orientales vivantes, disait déjà:

« Un aveuglement de confort du même ordre amène les Européens à nier l’existence d’une intention de conquête de leur continent. Ils ne redoutent le danger islamique que sous la forme des attentats désordonnés de la nébuleuse terroriste ».

L’idée occidentale que le contact avec les valeurs démocratiques change la mentalité du monde musulman est un mythe: il suffit de voir le nombre d’Islamistes issus de l’Occident et de milieux favorisés. Et l’alignement se fait toujours dans la même direction, vers le plus radical.

En 2012, j’écrivais dans « L’Islam a-t-il un avenir? »:

« Aujourd’hui, au milieu de cette haine et de cette violence, le seul état démocratique qui parvienne à survivre est un îlot lumineux dans un océan nocturne, l’état d’Israël. Et c’est la principale raison pour laquelle, les plus extrémistes de l’Islam cherchent à l’éradiquer par tous les moyens possibles, ayant utilisé tous les moyens disponibles, depuis 1948…. Quand il aura fini de convertir les derniers athées, païens ou animistes, quand on n’utilisera plus le pétrole, car rare et cher, quand l’Occident prendra enfin conscience des menaces qui pèsent sur sa culture, l’ensemble du système islamique s’effondrera sur ses fondations de fortune. A moins qu’un chef charismatique et éclairé n’ait réussi à le réformer »

Réformer l’islam il faut vraiment une grande force d’auto-conviction.

Albert Soued, écrivain et journaliste

Sarisse


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 02/03 06:09
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !