Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Envoyons les islamistes aux Îles Kerguelen [Actualité en France]





Envoyons les islamistes aux Îles Kerguelen
#1

Envoyons les islamistes aux Îles Kerguelen

La prison, dont le but est de protéger la société des êtres malveillants, semble être devenu le vivier de l’islamisme. La majorité des auteurs d’actes terroristes se seraient « radicalisés » en prison. On peut douter de cette « radicalisation express ». Un homme qui n’a pas en lui les germes mortifères du salafisme peut-il y souscrire ?

Il est cependant indéniable que la prison sert de tribune aux islamistes. Le monde pénitentiaire est une société parallèle avec ses règles, son mode de vie et ses luttes d’influence. Les islamistes qui y sont incarcérés essaient d’asseoir leur mainmise sur les autres détenus.

Des vidéos de l’agression d’un détenu français ont circulé sur la toile, le bougre avait eu le tort de manger du porc devant des salafistes qui ne l’ont pas supporté et l’ont frappé. Des témoignages de détenus existent également sur le prosélytisme islamique de certains qui déversent leur propagande au nez et à la barbe de l’administration pénitentiaire. Que ce soit ou non source de radicalisation, une telle propagande est un danger pour notre société.

Bien que des mesurettes aient été prises (séparation des « petits » et des « grands » délinquants, mise à l’isolement des islamistes les plus virulents) cela semble insuffisant pour endiguer le phénomène islamiste en milieu pénitentiaire. La nécessité de les regrouper dans un lieu d’où ils ne pourront plus nuire apparaît évidente.

C’est la candidat Nicolas Dupont-Aignan qui a été le premier à proposer la réouverture puis à demander que l’on envoie les personnes condamnées pour jihadisme… aux îles Kerguelen. « On ne peut pas avoir de bombes volantes sur notre sol » déclarait-il au micro de France Info. Il propose en outre l’arrestation préventive de toute personne de retour de Syrie ou d’Irak, ainsi que de ceux jugés susceptibles de commettre des actes terroristes.

Perdus à l’extrême sud de l’Océan Indien (3500 km au sud de la Réunion) les îles Kerguelen sont plus proches de l’Antarctique que de tout autre continent. Sur ce territoire désolé, la flore est quasi-inexistante. La température y dépasse rarement 5°C et l’on y trouve les vents les plus violents de la planète, jusqu’à 150 km/h.

Elles font partie des Terres Australes et Antarctiques Françaises. Il y a pour l’heure 120 « habitants » (non-permanents) : surtout des scientifiques et des militaires. Des recherches zoologiques et météorologiques y ont cours. On y trouve en effet une faune très riche : des milliers de manchots vivent sur ces îles, ainsi que des éléphants de mer et des otaries.

La proposition du candidat souverainiste a essuyé quelques critiques. Construire un bagne serait trop coûteux et perturberait la faune de l’archipel. En outre, cela pourrait perturber les recherches scientifiques, dit-on. D’autres ont opté pour l’argument émotionnel: « c’est inhumain » (pour les jihadistes) clame un responsable communiste, « l’âge du bagne est terminé » assène un autre militant des droidlomes.

Pour le coût, il suffit de prélever ces sommes des 21 milliards que nous versons chaque année à l’Europe (et des centaines de millions qui partent en allocations et aides en tous genres). Pour la faune et la flore, il convient de préciser que les Kerguelen forment un archipel de plusieurs îles : la flore y est quasiment inexistante et la faune n’est pas présente sur toutes les îles dont certaines sont entièrement vides. Il suffit de choisir une île sans manchots et sans scientifiques, pour ne pas perturber cette faune qu’il est impératif de protéger et ne pas gêner les recherches de nos chercheurs.

En ce qui concerne l’ »inhumanité » d’une telle mesure, permettez qu’on en rie. C’est, au contraire, parfaitement humain de vouloir se protéger en mettant les éléments dangereux hors d’état de nuire. Quoi de mieux qu’une île glaciale perdue au milieu de l’océan? 2°C de moyenne, cela leur changera du climat syrien.

Confinés dans un bagne flambant neuf, réunis ensemble, ils auraient tout le loisir de se remémorer leurs exactions passées en contemplant le paysage antarctique et les manchots. Pour les moins dangereux, il serait même possible de les affecter à un travail sous la surveillance de gardiens (à l’instar de ce qui se fait dans les prisons états-uniennes). Bien sûr, une partie des frais de détention serait payée par les familles desdits moujahids. En outre, à l’expiration de la peine, le détenu devrait être examiné par une commission de psychiatres, de magistrats et d’experts du terrorisme. En cas de potentiel danger, il resterait emprisonné jusqu’à nouvel ordre.

En plus d’être coercitive, cette mesure serait aussi dissuasive. Autrement plus dissuasive que la cellule de Salah Abdeslam avec sa télévision, sa salle de musculation et ses repas halal. Si la prison est pour certains un lieu de réinsertion, c’est avant tout un lieu de coercition où l’on met ceux qui ont outrepassé les limites légales d’une société. Qu’on me permette d’émettre de sérieux doutes quant à la possible réinsertion de ceux qui ont décapité des enfants et détruit des monuments historiques au nom de leur fanatisme pseudo-religieux.

Nicolas Kirkitadze

Interview de Nicolas Dupont-Aignan,
candidat à la présidence de la République Française
pour le parti Debout la France, le 16 mars 2016


https://www.youtube.com/watch?v=KkHFxEkOuFg

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 20/02/2017 14:51
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !